Grands sites de France, le temps d’une pause

On aime leur immensité et leur côté indomptable. Les dunes de Flandre, les Deux-Caps et la baie de Somme possèdent l’incroyable faculté de nous remettre les pieds sur terre, de nous faire lâcher prise. Trois sites époustouflants. Trois Grands Sites de France. Une vraie fierté.

Stéphanie Bouillard

Stéphanie Bouillard

Oui nous pouvons être ers de notre littoral. De Bray-Dunes à Ault au pied des falaises du pays de Caux, le littoral des Hauts de France n’a rien à envier à ses voisins normands et bretons. Préservé d’une urbanisation massive, il dévoile une palette de paysages unique et nous transporte loin des cadences infernales du métro-boulot- dodo. Manessier, Tattegrain, Toulouse- Lautrec… Ils sont nombreux à y avoir posé leur chevalet, subjugués par les lumières changeantes et les hommes de la mer. Les plages rivalisent d’immensité, les petits ports historiques perpétuent des traditions ancestrales et les réserves naturelles dévoilent des biotopes insoupçonnés.

Trois pépites

…Et puis, il y a ces Grands Sites de France, reconnus bien au-delà de nos frontières. Ceux que l’on veut faire découvrir à tout prix à ses amis. Ceux sur qui l’on trouve refuge quand on a besoin d’y voir plus clair. Ceux qui -disons le franchement- nous remettent les idées

en place et nous rappellent que nous sommes tout petits. Que nous ne sommes que des hommes. Ils sont trois. La baie de Somme, les Deux-Caps et les Dunes de Flandre font partie des fleurons de notre pays, à l’instar du marais Poitevin ou du Pont du Gard. Trois pépites.

Les deux Caps, Audinghen - Eric Desaunois

Les deux Caps, Audinghen – Eric Desaunois

Hors saison

Alors oui à la belle saison, les visiteurs sont plus nombreux.
Ils viennent de partout et font parfois des milliers de kilomètres pour les parcourir et prendre eux aussi un peu de bon temps et se mettre au vert. Mais lorsque les jours raccourcissent et que l’automne arrive, la fougue revient de plus belle. Les plages se font plus vides, l’immensité plus saisissante. Le silence est d’or. C’est spécifiquement à cette période que nous vous invitons à redécouvrir ces trois joyaux.

 

Grands sites de France, un label qui protège

3

Trois Grands Sites de France, c’est autant qu’en Corse… Sur notre littoral, la baie de Somme et les Deux-Caps sont déjà labellisés, les Dunes de Flandre sont en passe de l’être. Derrière ce label se cache une vraie politique de protection. L’idée ? Préserver les espaces mais aussi l’atmosphère singulière qui se dégage des lieux, pour que chacun puisse vivre une expérience unique malgré l’afflux de visiteurs. Les responsables des Grands Sites de France poursuivent une ambition : mettre la préservation de « l’esprit des lieux » au cœur de leur action. Aujourd’hui, 41 sites se sont regroupés au sein du Réseau des Grands Sites de France.

Les dunes de Flandre, des paysages lunaires

C’est peut-être le moins connu des trois. Quoique… Avec la sortie de « Dunkirk », beau succès en salles, son histoire a fait le tour de la planète. Au-delà de l’opération Dynamo et de ses vestiges encore visibles, le site des Dunes de Flandre réserve bien d’autres surprises.

DR

DR

C’est bien ici entre Bray- Dunes et Dunkerque que s’est joué l’un des plus grands épisodes de la Seconde Guerre mondiale. En juin
1940, près de 340 000 soldats britanniques sont évacués vers le Royaume-Uni, protégés par des troupes françaises qui mènent une résistance héroïque. Aujourd’hui encore, ils sont quelques uns à pouvoir conter cette épopée. Le souvenir reste vivace, d’autant que les vestiges sont encore bel et bien présents sur cette frange du littoral. Au coeur du massif dunaire, il n’est pas rare de croiser des passionnés d’histoire cherchant les ultimes témoins du con it passé.
Les épaves à Bray-Dunes, la batterie de Zuydcoote ou encore le fort des Dunes à Leffrinckoucke… Les lieux de mémoire sont nombreux.

Un cadre subjuguant

Mais ce qui surprend le visiteur, c’est aussi et surtout l’environnement qui entoure ces édifices. Imaginez 15 kilomètres de plage… derrière lesquels se cache un massif dunaire unique en France. Un massif classé en grande partie réserve naturelle, où prennent vie une faune et une flore exceptionnelles. En quelques heures, vous traversez quantité de milieux : des mares (zones refuges de nombreux amphibiens), des dunes grises, des dunes embryonnaires, de l’oyat et de l’argousier à perte de vue… Le tout à deux pas de Dunkerque et de coquettes stations balnéaires… Qui l’eût cru qu’aux portes d’un des plus grands ports industriels français se nichait un tel écosystème ?

Sur la plage abandonnée

DR

DR

Entre Bray-Dunes et Dunkerque, les plages déroulent des kilomètres de sable n… Si le char à voile est légion ici, vous serez surpris de croiser aussi un grand nombre de pêcheurs à pied ! Activité que vous pouvez tout à fait pratiquer à condition d’enlever vos bottes bien sûr, mais aussi de vous munir d’une grande épuisette et de… patience ! Si vous êtes novices, regardez les pro. Un indice : ils aiment étendre leurs filets près des épaves de Bray-Dunes ou tout simplement dans les bâches. Un bon moyen de souffler en s’amusant.

Les deux-caps, prendre de la hauteur

Faut-il encore présenter le site des Deux-Caps ? Majestueuses, vertigineuses… Les adjectifs manquent pour qualifier ces falaises au panorama incroyable. A chaque ascension, la même émotion.

C’est un site que l’on apprécie de redécouvrir hors saison, tant son caractère sauvage redouble d’effet. Faites donc l’expérience de vous rendre au sommet du cap Blanc-Nez lorsque le vent souf e… Couvrez-vous et laissez-vous envahir par la rudesse de la mer et le spectacle grandiose de ces espaces ouverts au vent du large. Face à vous, l’Angleterre et ses falaises immaculées semblent à portée de main. En contrebas, la plage de Wissant borde un village d’irréductibles pêcheurs. Wissant comme Audresselles au pied du Gris-Nez, perpétuent la tradition depuis des siècles. Les obarts, bateaux à fond plat typiques du secteur, ne sont jamais bien loin… On se régale des retours de pêche sur les traditionnels marchés.

Une palette de couleurs

Rémi Desaunois

Rémi Desaunois

Derrière les dunes de Wissant : un marais, puis plus loin encore des champs qui semblent comme cousus main, et dont la palette de couleurs ne cesse d’inspirer les artistes. Le site des Deux-Caps présente un spectacle permanent. Que dire du cap Gris-Nez, dont l’histoire remonte à plus de 160 millions d’années ? Au pied du monstre sacré, on s’amuse à ramasser des fossiles ou encore du bois flotté pour parfaire sa déco, et on contemple le vol des oiseaux, nombreux à avoir trouvé refuge ici. On respire tout simplement en se disant que Dame Nature nous a vraiment gâtés.

A bicyclette !

DR

DR

Pour embrasser d’un coup d’un seul toutes les richesses des Deux-Caps, un petit conseil : embarquez vos vélos ! Trente kilomètres séparent la Pointe de la Crèche à Wimereux, de Sangatte au pied du Blanc-Nez. En VTT sur les chemins de traverse ou en vélo sur l’Eurovéloroute n°4, vous traversez un panel impressionnant de milieux. Vous passez en quelques coups de pédale de la mer à la campagne. La véloroute traverse les huit communes du Grand Site de France. Attention néanmoins pour les novices, ça grimpe !
La Maison du Site des Deux-Caps propose à la location des vélos à assistance électrique… A bon entendeur !

La baie de Somme, une ode à la nature

Somme Tourisme

Somme Tourisme

Elle fait partie des plus belles baies du monde, à l’instar de la baie de San Francisco ou d’Halong au Viêt Nam ! Un lieu hors normes, où le ciel et la mer se confondent. Où les couleurs changent sans cesse et où les petits ports sont bordés de grandes étendues verdoyantes. Un lieu sauvage hors du temps.

Son caractère à la fois grandiose et pittoresque attire chaque année les amoureux de nature. Ce qui frappe, lorsque l’on se balade en baie de Somme, c’est aussi cette volonté farouche des habitants à préserver ces grands espaces et les traditions qui en découlent. Ici, la nature est reine et elle doit le rester. Au nord du Crotoy s’étend l’une des plus grandes réserves ornithologiques de l’Hexagone. Au Marquenterre, on se balade à la rencontre d’espèces qui ont parcouru des milliers de kilomètres pour trouver repos dans ce havre de paix. C’est aussi en baie de Somme qu’a élu domicile la plus grande colonie française de phoques veaux-marins. On ne se lasse pas de les voir se prélasser à marée basse sur les bancs de sable.

De multiples idées de visite

Somme Tourisme

Hors saison, les stations balnéaires retrouvent leur calme. On prend plaisir à se faire guider en baie par de vrais passionnés, à déguster les plantes halophiles, à partir à la rencontre des moutons prés salés, à prendre le large en bateau ou en pirogue, à enfourcher son vélo, à chevaucher les grandes étendues à dos de Henson, cheval emblématique de l’estuaire et même à pêcher la crevette ! Tout est prétexte à la découverte, à condition de se faire discret et de ne pas perturber la nature… Tout au long de cette frange maritime, s’égrènent sept stations balnéaires pleines de charme et de surprises…

Son caractère à la fois grandiose et pittoresque attire chaque année les amoureux de nature. Ce qui frappe, lorsque l’on se balade en baie de Somme, c’est aussi cette volonté farouche des habitants à préserver ces grands espaces et les traditions qui en découlent. Ici, la nature est reine et elle doit le rester. Au nord du Crotoy s’étend l’une des plus grandes réserves ornithologiques de l’Hexagone. Au Marquenterre, on se balade à la rencontre d’espèces qui ont parcouru des milliers de kilomètres pour trouver repos dans ce havre de paix. C’est aussi en baie de Somme qu’a élu domicile la plus grande colonie française de phoques veaux-marins. On ne se lasse pas de les voir se prélasser à marée basse sur les bancs de sable.

Publié le 06/12/2017 par Elise Bastien
S'inscrire à notre newsletter
OK