Niché au Bazaar Saint-So à Lille, Emmanuel sublime avec passion et minutie du mobilier vintage oublié et abîmé. Dans son atelier, ce magicien de la rénovation, ponce, teinte, vernit, bichonne des chaises vieillies par le temps et leur offre une seconde jeunesse. Son ambition ? Redonner du sens à ces créations vintage et faire rentrer le beau, l’unique et le zéro-déchet dans nos foyers !

De contrôleur de gestion à artisan…

Depuis toujours admiratif de son père menuisier, Emmanuel décide de troquer sa casquette de contrôleur de gestion dans les assurances il y a quelques années. CAP d’ouvrier polyvalent en poche, ce passionné d’artisanat s’épanouit alors dans le travail manuel :

« Mes mains sont mes principaux outils de travail et c’est une vraie fierté ! », s’exclame Emmanuel. En mettant l’artisanat au service de la seconde vie, il veut montrer qu’une alternative est possible : « Voir toute cette production de meubles alors qu’on a encore toute celle des trente glorieuses à portée de main, ça m’a donné envie de créer Passeur d’objets ! « .

Ce mobilier robuste, trésor caché des brocanteurs et de nos greniers, retrouve une seconde jeunesse sous ses mains créatives. 

 

Chaises seconde vie

L’artisanat au service de la seconde vie

Persuadé que le vintage peut changer le monde, Emmanuel l’envisage comme un mode de vie raisonné et responsable pour limiter son empreinte carbone et ses déchets : « Je n’avais pas envie de proposer de la rénovation ou de l’upcycling comme ce qui se faisait jusqu’a présent ».

S’il respecte toujours le design original des objets qu’il rénove, cet artisan créatif utilise au maximum des matières écoresponsables, à l’image du Wasterial composé entre 75 et 85% de déchets non valorisables comme la poussière de brique ou de porcelaine, de l’innolin, matériau innovant et écologique à base de lin ou encore des fibres et textiles recyclés tel que le cuir d’ananas.

Loin de la consommation de meubles venus d’Asie ou des designers hors de prix, cet amoureux des vieux objets a à coeur de proposer une alternative durable à un prix abordable. 

 

Des créations tendance zéro déchet 

Avec ETNISI, entreprise lilloise qui revalorise les matières usagées, Emmanuel crée du mobilier rénové avec le Wasterial. « Parsemées d’éclats et de boursouflures, ces pièces me rappellent les céramiques des années 50. » Pour leur première collaboration, ils ont choisi un robuste tabouret d’atelier vert bouteille des années 50. Son assise, habillée de wasterial, est composé de briques rouges et de verre de pare-brise incrustées dans la porcelaine pour un effet Terrazzo. 

Passeur d’objets c’est l’intermédiaire entre l’acheteur et l’objet. Je transmets un objet avec son histoire et sa création et vous obtenez une création unique

Emmanuel
Emmanuel artisan

Revaloriser des chaises abîmées par le passé

Outil de la modernité au service d’un passé renouvelé, Passeur d’objets met en scène ses trouvailles, très souvent oubliées, sur son compte Instagram. En retraçant le fil de l’histoire et les secrets de fabrication des meubles qu’il rénove, son rôle de Passeur d’objets prend alors tout son sens : « Je suis l’intermédiaire, je transmets un objet avec son histoire et sa création et vous obtenez une création unique. Et vous savez pourquoi vous l’avez ! « .

Parmi ces chaises, certaines sont des rescapées : abîmées, invendables ou laissées à l’abandon, il les rénove avec la même attention que les autres : « Cette chaise Mondor de chez Baumann a subi un stigmate du temps passé, j’ai décidé de la rénover comme si elle n’avait rien et de lui offrir une seconde jeunesse » , explique t-il. Décolorée et brûlée, Emmanuel l’a rafraîchit et sublimée. Mais même poncée, teintée et vernie, subsiste encore cette trace de brûlure. Un stigmate qui n’enlève rien à la beauté de la pièce.

Lorsque le mobilier vintage rencontre le monde de l’art

En alliant art et mobilier ancien, Emmanuel donne naissance à des créations uniques, peps et ultra contemporaines ! Telle que la chaise Jigé, fruit de la rencontre entre l’artisan et Jigé, artiste roubaisien des ateliers Jouret. Couverte d’un tissu coloré et peuplée de personnages amusants et sympathiques, cette création devient résolument moderne. 

La quête d’une déco responsable

Bien loin du tout jetable, ces imprévus, ces imperfections et ces heureux hasards ajoutent une véritable valeur sentimentale à ces chaises. À travers ses attachantes « rescapées », il recrée le beau, l’unique et le sens et laisse bouillonner sa créativité pour sublimer le passé. À l’image du colibri, Passeur d’objets ne va pas changer le monde mais il fait sa part, partage ses goûts et sa culture vintage…

Source d’inspiration pour les générations futures, il apporte sa pierre à la construction d’un monde nouveau plus soucieux de l’écologie, avec du mobilier durable, à la fois vintage et contemporain mais surtout… déco responsable.