Falaises d'Étretat

Échappées belles sur la Côte d’Albâtre

Terre d’inspiration jadis pour les écrivains, peintres et artistes, avec ses immenses falaises de craies blanches, ses galets atypiques, et ses côtes battues par le vent, le littoral normand séduit par son charme. Retrouvez les étapes incontournables des choses à voir dans le Pays de Caux au fil des paysages maritimes et des sentiers vallonnés en perpétuel mouvement.

Tout au long de l’année, de nombreuses animations rythment le quotidien des habitants, à l’image de la traditionnelle fête du hareng.

Le Tréport, activité et tourisme

Le Tréport

Aux confins de la Normandie, Le Tréport se caractérise par ses falaises de craie, sa plage et son lit de galets s’étalant sur plusieurs centaines de mètres. L’expansion de la station balnéaire est intimement liée à celle de Louis-Philippe (1773-1850), qui durant son règne, lança la mode des bains de mer. Dotée d’un riche patrimoine, cette cité portuaire de 6 000 habitants abrite de nombreux vestiges : Abbaye Saint-Michel, la chapelle Saint-Julien, l’église Saint-Jacques du Tréport – classée au titre des monuments historiques… Mais s’il y a bien une visite qui vaut le détour, c’est celle de la chevauchée au cœur des falaises. Celle-ci est accessible soit par le biais d’un escalier de 365 marches, réservé aux sportifs, soit par funiculaire. Au sommet, un panorama vertigineux culminant à 110 mètres de hauteur !

Dès le printemps, les touristes affluent dans la ville du littoral de la Seine-Maritime pour découvrir ses trésors cachés. La fréquentation atteint jusqu’à 16 000 visiteurs en été. Tout au long de l’année, de nombreuses animations rythment le quotidien des habitants. Il y a la traditionnelle fête du hareng, pour déguster les produits locaux, ou encore la fête de la mer, qui rend hommage, tous les deux ans, aux marins disparus… Un dynamisme qui lui permet d’obtenir en 2018 le titre de station touristique. Avec un tel label d’excellence, les acheteurs auraient tort de se priver, d’autant que la cité figure parmi les moins chères de France en termes de marché immobilier.

Dieppe, la Normandie culturelle

À flanc de falaises, sur la Côte d’Albâtre, Dieppe a longtemps été réputée pour son port de pêche et de commerce. C’est aussi la plus ancienne des stations balnéaires françaises. Son origine remonte à 1824, lorsque Charles X inaugure pour la première fois la mode des bains de mer, venue d’Angleterre. À cette époque, la cité reçoit les élites aristocratiques à la recherche des vertus médicinales, à l’image de la duchesse de Berry Marie-Caroline. Ses dames d’honneur l’accompagnent alors, curieuses de goûter à ces plaisirs épicuriens. La villégiature accueille son premier établissement de bains – qu’on appellera ensuite casino – auquel s’ajoute la création d’hôtels et villas le long du rivage. Le développement du chemin de fer participe également à cet essor.

Dieppe
© Hello Travelers – Dieppe Normandie Tourisme

Le bruit apaisant des vagues et l’écharpe de brume matinale qui enveloppe les falaises crayeuses, sous des lumières changeantes, séduisent Renoir, Monet, Degas et autres peintres impressionnistes. Inspirés, ceux-ci se rendent régulièrement à Dieppe, pinceaux à la main. Le romancier Oscar Wilde, lui aussi, tombe amoureux de la cité normande, après son emprisonnement. Lieu curatif, mais aussi de pèlerinage artistique, la station huppée invite les autres cités à développer des activités balnéaires, à l’instar de sa voisine Trouville.

Dans la seconde moitié du XXᵉ siècle, après les dommages causés par la Seconde Guerre mondiale, la ville doit se reconstruire. Aujourd’hui, elle est une destination prisée par les touristes et les Parisiens, en quête de quiétude et de dépaysement. Notamment en raison de sa proximité puisqu’elle est à moins de deux heures de l’agitation de la capitale. Dotée d’un patrimoine d’exception, Dieppe porte à ce titre le label ville d’Art et d’Histoire. Animée toute l’année, cette station de 32 000 habitants offre une programmation culturelle intense aussi bien pour satisfaire le quotidien des Dieppois mais aussi de ses visiteurs en passage. Dans la campagne environnante, à Tourville-sur-Arques, le château de Miromesnil – lieu de naissance de Guy de Maupassant – est une étape obligée pour tous les bibliophiles.

Le bruit apaisant des vagues et l’écharpe de brume matinale qui enveloppe les falaises de craie, sous des lumières changeantes, séduisent Renoir, Monet, Degas et autres peintres impressionnistes, qui se rendent régulièrement à Dieppe, pinceaux à la main.

Fécamp, la pêche maritime

« C’est un fameux trois-mâts, fin comme un oiseau (Hissez haut ! Santiano !) / dix-huit nœuds, quatre cents tonneaux / je suis fier d’y être matelot. » Les paroles empruntées à la chanson d’Hugues Aufray auraient très bien pu être chantonnées par les « terre-neuvas ». Ces marins partaient à la pêche à la morue, sur les bancs de Terre-Neuve. Initiée dès le XVIᵉ, cette activité durera près de 500 ans. L’immense héritage portuaire est à découvrir au Musée des Pêcheries, en lieu et place d’une ancienne usine de sécherie. Comme une véritable plongée maritime, on y découvre les difficiles conditions de ces expéditions menées au large du Canada. Grand port morutier, Fécamp en Côte d’Albâtre est aussi l’ancienne capitale des premiers ducs de Normandie. Il reste d’ailleurs quelques vestiges du Palais ducal, érigé à partir du Xᵉ siècle.

Port de Fécamp
© OIT Fécamp – Port de Fécamp

Longtemps restée dans l’ombre des autres villes côtières proches, la cité des Terre-Neuvas n’a pas à rougir de ses charmes, revêtant bien des trésors. L’écrivain Victor Hugo (1805-1885) écrivait lui-même : « Une ville charmante, c’est Fécamp. L’église est du plus beau gothique sévère, presque roman avec des chapelles de la Renaissance qui sont des bijoux et de fort belles tombes du XV siècle ». Nouveauté depuis cette année, la biennale « Fécamp Grand ’Escale » – une manifestation maritime internationale – qui a rassemblé début juillet, plus de 80 voiliers et autres bateaux de caractères. Un bel hommage au monde de la mer.

Non loin de la ville, le site du cap Fagnet (le plus haut point de la côte d’Albâtre) offre un panorama époustouflant pour contempler toutes les richesses de Fécamp et ses alentours. Avec un cadre de vie aussi qualitatif, difficile pour les Franciliens de résister à l’appel du vert – et bien sûr de la mer. Véritable village de pêcheurs et de vacanciers pour un séjour de qualité sur la côte.

Une ville charmante, c’est Fécamp. L’église est du plus beau gothique sévère, presque roman avec des chapelles de la Renaissance qui sont des bijoux et de fort belles tombes du XVe siècle.

Victor Hugo (1805 – 1885)

Étretat, falaises et randonnées

Falaises - Porte d'Aval
© Vincent Rustuel – Falaises, Porte d’Aval

Il est des endroits somptueux où le décor seul suffit à apprécier l’instant présent et à ressentir les éléments de la nature, comme écouter volontairement les murmures du vent, la voix des vagues, le bruit du silence. Située dans le Pays de Caux entre Dieppe et Le Havre, Étretat est surtout connue pour ses hautes falaises crayeuses. Toutes de blancheur, elles surplombent la mer, dont la vue panoramique sur la baie est à couper le souffle. Un pur chef-d’œuvre que le célèbre peintre impressionniste, Claude Monet, et le chef de file du courant réaliste, Gustave Courbet, ne manqueront pas de représenter sur leurs toiles. La splendeur du paysage voyagera à travers le monde à travers le regard de ces artistes passionnés.

Cette renommée, la cité d’Arsène Lupin la doit également au roman policier L’Aiguille creuse écrit par Maurice Leblanc et paru en 1909. Celui-ci narre les aventures de ce gentleman cambrioleur évoquant, entre autres, le pic solitaire éponyme. C’est au XIXᵉ siècle que la côte sauvage devient une station balnéaire réputée, sous l’influence de l’écrivain Guy de Maupassant, fidèle habitué des lieux mondains. D’autres après lui viennent y séjourner, comme Gustave Flaubert, Victor Hugo ou André Gide.

Berceau d’inspiration pour les intellectuels, mais aussi pour les musiciens, comme le compositeur Jacques Offenbach, qui possédait jadis une villa secondaire dans la cité normande, baptisée Orphée. Un festival en son nom lui est par ailleurs dédié chaque année depuis 2006. Dans le pays de Caux, le charme des longères, y compris à Étretat, attire les acheteurs franciliens. Ils y voient la possibilité de s’offrir une résidence semi-principale, notamment depuis que la crise sanitaire ait bouleversé les modes de vie.

Là-bas, en arrière, des voiles brunes sortaient de la jetée blanche de Fécamp, et là-bas, en avant, une roche d’une forme étrange, arrondie et percée à jour, avait à peu près la figure d’un éléphant énorme enfonçant sa trompe dans les flots. C’était la petite porte d’Étretat (…).

Une vie (1883), Guy de Maupassant

Vous aimerez aussi...

Eindhoven, visiter la ville aux multiples facettes

Tilbourg, voyage culturel et expérimental

Une croisière dans les fjords norvégiens

Toutes nos rubriques