Megastone, 2015 ©Pierre Marie Lejeune

Des sculptures monumentales dans les parcs et jardins, des dessins jamais exposés au musée… Cet été, le Touquet-Paris-Plage nous invite à explorer l’univers du sculpteur-dessinateur Pierre Marie Lejeune. On accepte volontiers l’invitation !

Pouvoir interpréter et comprendre une sculpture découverte en ville. Voir le résultat grandeur nature d’une esquisse exposée au musée… Tel est l’intérêt de l’exposition, dans et hors les murs, consacrée à Pierre Marie Lejeune au Touquet-Paris-Plage. Dans les parcs et jardins de la station, douze sculptures monumentales de l’artiste interagissent avec leur environnement. Les éléments de la nature viennent habiller de bien curieuses lettres, créant des compositions qui se renouvellent chaque jour, chaque heure même ! Les faces couvertes de miroirs captent l’image des passants, les paysages se prêtent aux jeux des reflets. A la légèreté de la lumière, l’artiste associe des matériaux bruts comme l’acier, le bois et la pierre. Quel beau spectacle.

Du dessin à la sculpture

Comment est né cet étonnant alphabet ? Comment travaille cet artiste singulier ? Que veut-il nous transmettre ? L’exposition présentée au musée présente un éclairage complet sur son cheminement. Une soixantaine de dessins retrace les différents projets artistiques. Plus que de simples ébauches, on découvre de véritables oeuvres d’art. Avant chaque réalisation, le sculpteur dessinateur élabore plusieurs dessins, des maquettes, des plans et des aquarelles… La sculpture apparaît alors comme l’aboutissement de son projet. La face visible de sa création…

Megastone, 2013 - Daphné Lejeune
Megastone, 2013 ©Daphné Lejeune

Des oeuvres poétiques

C’est en Egypte que Pierre Marie Lejeune a le déclic. En 1983, il séjourne une année à Louxor en compagnie d’égyptologues et d’archéologues français. Il est alors marqué par l’architecture, l’écrasante lumière et la matérialité du sable. A son retour, il délaisse la peinture pour le volume. A la fin des années 1990, son vocabulaire artistique s’affine pour devenir celui que l’on connaît aujourd’hui : un alphabet imaginaire mobilisant forme, matière et lumière.

Huit objets (détail), 1998 - Daphné Lejeune
Huit objets (détail), 1998 – Daphné Lejeune
Dance of the Suzhou Stone, 2017 - Daphné Lejeune
Dance of the Suzhou Stone-2017 ©Daphné Lejeune
Picto Manganèse, 2018 Daphné Lejeune
Picto Manganèse 2018 ©Daphné Lejeune

Pratique :

Pierre Marie Lejeune, Dessins ⇆ Sculptures, jusqu’au 22 septembre, Musée du Touquet-Paris-Plage, Angle de l’avenue du Golf et de l’avenue du Château. Tél. : 03 21 05 62 62- www.letouquet-musee.com