Les Foulons à Douai, la campagne à la ville…

Dominique et son époux ont toujours nourri l’envie d’ouvrir une maison d’hôtes. Aujourd’hui, Les Foulons, une belle demeure de la fin du XVIIe siècle, accueille les touristes de passage à Douai.

La chambre TrumeauxPhotos : Sébastien Hamelin – La chambre Trumeaux

On dirait le Sud

Soucieuse du bien-être de ses hôtes, Dominique a particulièrement soigné la décoration de la maison et des chambres. La demeure est un petit havre de paix où il fait bon se ressourcer, loin de l’agitation de la vie.

« Nous avons eu un coup de cœur pour cette belle demeure bourgeoise de la fin du XVIIe siècle, c’est un peu la campagne à la ville » explique la propriétaire des lieux.

 

La cuisinePhotos : Sébastien Hamelin – La cuisine

Cuisine chaleureuse

« Lorsque nous avons refait la cuisine, j’ai créé deux niches au-dessus de mes placards. Depuis, quand mes copines souhaitent me faire un cadeau, elles m’offrent une poule… et la cuisine est devenue un poulailler ! ».

Malgré son petit esprit rétro, la cuisine, véritable pièce à vivre de la maison, a été complètement rénovée. Bye bye le sol qui avait piètre allure ! La maîtresse de maison a choisi de superbes tomettes à l’ancienne qui apportent de la chaleur à la pièce.

Les murs peints en jaune et vert donnent l’impression d’être quelque part dans le Sud de la France ou en Italie. Loin, très loin de Douai et du Nord…

Le jardinPhotos : Sébastien Hamelin – Le jardin

Des chambres personnalisées…

À l’étage, quatre jolies chambres – Trumeaux, Bibliothèque, Lagon et Marine – ont été aménagées et décorées avec beaucoup de goût. Chacune a sa propre personnalité. Ainsi, Les Trumeaux, qui donne sur le jardin, est romantique à souhait. « Le soir, le papier peint baroque or et rouge flamboie dans les lumières du soleil couchant. C’est très beau ! ».

En face, la chambre Bibliothèque invite au voyage avec ses murs terre de Sienne, ses objets ramenés de Madagascar et ses étagères qui croulent sous les livres.

Changement d’ambiance dans la chambre Lagon : murs vert d’eau, couleurs des mers du Sud, linge de lit parsemé de myriades de petits poissons, coquillages de Madagascar et cabine de plage.

 

La chambre LagonPhotos : Sébastien Hamelin – La chambre Lagon

…et originales

Pour dissimuler les toilettes et l’arrière du cabinet de toilette de la chambre voisine, Dominique a eu l’idée de confectionner une cabine en tissu. « Je cherchais comment camoufler cette partie beaucoup moins harmonieuse, quand soudain j’ai eu le déclic : dans la chambre Lagon, il fallait une cabine de plage, forcément ! D’une contrainte, j’ai fait un atout ! ».

Quant à la dernière chambre, Marine, elle séduira sans aucun doute les amateurs de toile de Jouy. « Nous avons utilisé du tissu que nous avons tendu sur les murs » précise la maîtresse de maison. « Les hôtes que nous recevons ont souvent un coup de cœur particulier pour une des chambres. Certains ne veulent que Lagon, les jeunes mariés et les Anglais adorent Trumeaux… ».

ChambrePhotos : Sébastien Hamelin – ChambreLa chambre MarinePhotos : Sébastien Hamelin – La chambre Marine

Invitation à la détente

Tranquillité et douceur de vivre semblent être les maîtres mots aux Foulons. Ce ne sont pas Nougat et Dune qui diront le contraire ! Tandis que nous visitons la maison, les deux compères font la sieste sur le canapé du salon, truffe contre truffe. De quoi faire mentir l’expression populaire « s’entendre comme chien et chat ».

Au bout du couloir, joliment décoré de tissu tendu, la porte s’ouvre sur le jardin baigné de lumière. Le ginkgo biloba ondule sous la brise, la vigne tend ses fruits vers le soleil, le chèvrefeuille est en fleurs et la glycine opulente embaume l’air. Les cloches du beffroi tintinnabulent et emplissent le silence de leur petite ritournelle. 

Sophie Hélouard
Publié le 18/10/2012 par Sophie Hélouard
Si c’était un élément de décoration de la maison, Sophie serait sans doute un bow-window. Pour se percher et regarder le monde. Journaliste free-lance ascendant « presse écrite », elle aime observer ce qui l’entoure, s’imprégner de l’air du temps et décrypter les dernières tendances. To hygge or not to hygge, that’s the question…
S'inscrire à notre newsletter
OK