Les arbres fruitiers font mûrir vos idées

Ravissant les gourmands de toutes sortes de variétés de fruits, les arbres fruitiers sont également des atouts déco pour nos jardins. Jardiniers amateurs ou professionnels, n’hésitez plus, plantez !
Par Céline Guérin

Arbres fruitiersPhotos : Les Compagnons des Saisons – Arbres fruitiers

Comment, où et quand planter ?

Les arbres fruitiers investissent vos jardins et ce surtout en automne. Pourquoi cette période ? Parce que s’il ne gèle pas, la terre est à la fois chaude et humide, et c’est le moment idéal pour faire prendre racine à vos pommiers, poiriers, cerisiers ou pruniers dans des endroits de préférence ensoleillés. Pour les planter, procédez par étape en commençant par préparer les trous de plantation qui seront creusés un mois ou deux avant de planter. Dans le fond de ce trou de plantation (d’environ 50 cm de diamètre pour un arbre de taille basique) apportez de la matière organique (terreau ou tourbe) ainsi que de l’engrais, qui nourrirront vos arbres. Enfoncez un tuteur qui vous permettra plus tard d’y fixer vos jeunes arbres afin qu’ils soient accompagnés dans leur croissance. Ensuite, enduisez les racines d’un mélange de boue argileuse préparé par vos soins ou acheté tout prêt. Enfin, munissez-vous de vos plus belles bottes pour tasser régulièrement la terre puis humidifiez-la généreusement.

Et après ? Surveillez votre calendrier !

Vos arbres fruitiers ne sont pas exigeants mais quelque peu gourmands… Il est donc recommandé de prendre soin d’eux en enrichissant le sol en automne et en apportant un engrais riche en potasse et phosphore à chaque printemps. Juste avant l’hiver, les feuilles mortes vous ramasserez à la pelle ! Les troncs et branches de vos arbres fruitiers devront être traités avec des produits, de préférence non toxiques, pour éliminer les petits visiteurs non désirés qui pourraient les rendre malades. Pour ce qui est de la taille, notez sur votre calendrier qu’il faudra offrir une nouvelle coupe à vos arbres à pépin en hiver, tandis que la taille des arbres à noyau sera à prévoir entre avril et août. La récolte de vos fruits s’effectue généralement à l’automne ou en hiver, en fonction des espèces.

Arbres fruitiers pommesPhotos : Les pépinières de Gruson – Arbres fruitiers pommesArbres fruitiers pommesPhotos : Les pépinières de Gruson – Arbres fruitiers pommes

Ensemble c’est tout !

Parce que certains arbres fruitiers n’aiment pas être seuls, il est préférable de les planter à plusieurs et proches les uns des autres. Pour les arbres qui ont besoin d’une autre variété à proximité, il se produira alors ce qu’on appelle la pollinisation, afin d’assurer la fécondation de leurs fleurs et donc leur fructification. Par exemple le pommier ne pourra jamais s’épanouir sans son ami le poirier. Pour loger vos différentes variétés de fruitiers, plusieurs possibilités s’offrent à vous. Vous pouvez répartir vos arbres afin de délimiter l’allée de votre habitation, les planter dans votre coin potager ou encore vous constituer un véritable verger. Si vous êtes plus solitaire et souhaitez un arbre fruitier qui vous ressemble, optez pour un arbre autofertile comme l’abricotier ou le mirabellier, qui fructifient en toute autonomie.

Des variétés originales

L’arbre fruitier conviendra aussi bien à votre vaste jardin, qu’au verger du coin, ou même au petit balcon ! N’hésitez pas à fleurir votre jardin d’arbres moins courants, notamment exotiques tels que le citronnier, le goumi du Japon, le figuier ou encore le cognassier. Pour habiller vos petits ou grands espaces verts, vous pouvez aussi opter pour des arbres fruitiers palissés, s’adaptant à vos haies ou portiques grâce à un travail réalisé pendant plusieurs années pour diriger, voire sculpter les branches. Pour vos terrasses ou balcons, vous pouvez également opter pour les arbres fruitiers nains, qui tiennent dans un pot tels que les abricotiers, cerisiers ou nectariniers. Pour encore plus d’audace, pensez également aux arbres fruitiers de variétés croisées, des arbres à mi-chemin entre abricotier et prunier ou pommier et poirier suite à une pollinisation croisée.

Publié le 29/10/2012 par La rédaction
Tags :
S'inscrire à notre newsletter
OK