Elisa Uberti

Elisa Uberti, l’artiste céramiste qui arrondit les angles

Avec ses formes enveloppantes et réconfortantes, Elisa Uberti, artiste céramiste et designer, souffle un vent de douceur dans nos intérieurs. En modelant sculptures, lampes et autres pièces de décoration au gré de ses mains, elle prône le respect du temps qui passe et nous invite à nous reconnecter à la matière, dans un esprit slow déco qui fait du bien !

Douceur et réconfort

Quelle douce sensation de regagner une fois la journée terminée son cocon protecteur ! Après la course folle d’une vie trépidante, se blottir dans son sanctuaire, entouré d’objets et mobiliers “feel good”. En mode hygge, se lover dans un canapé, recouvert d’un plaid moelleux, une tasse fumante à la main, prendre le temps de se ressourcer, puiser son énergie vitale avant d’affronter le monde extérieur… Si l’idée de “maison refuge”, havre de sérénité cultivant notre besoin de sécurité et de bien-être, n’est pas nouvelle, la pandémie mondiale nous invite à repenser la notion de confort au cœur de la maison. Telles des doudous des temps modernes, les sculptures d’Elisa, rondes et enveloppantes, sonnent comme de véritables invitations au cocooning ! 

salon Elisa Uberti
Luminaire Elisa Uberti

Loin des pièces standardisées, la designer céramiste Elisa Uberti crée des pièces uniques, intemporelles et contemporaines, à la frontière  entre l’art et le design. 

Arrondir les angles d’un quotidien accéléré

Après avoir évolué quinze ans dans l’univers de la mode en tant que styliste, en 2018, Elisa troque ses planches pour toucher du bout des doigts le monde fascinant de la céramique. “J’avais envie de créer des œuvres intemporelles qu’on a envie de garder et de transmettre. Loin de la mode, de l’obsolescence et du jetable.” Les mains dans le grès et l’esprit libre, Elisa malaxe la terre froide et humide au cœur de son atelier roubaisien. Loin du tumulte des vies en mode accéléré, elle s’évade au rythme de gestes ancestraux désormais instinctifs, et prend le temps de se connecter à la matière. Pour fabriquer lampes, sculptures et pièces de mobilier, la jeune céramiste utilise le colombin, une technique primitive utilisée depuis la préhistoire : “Je n’ai pas besoin de beaucoup d’outils et de matériel, mes mains suffisent, je pars de la terre. Il y a un côté artisanal, brut et primitif que j’adore”, explique-t-elle en pétrissant le grès,sa matière de prédilection.

galerie d'art
Galerie Philia at Walker Tower, Chelsea New York – Courtesy of Galerie Philia (31)

Il y a un côté artisanal, brut et primitif que j’adore dans la céramique, je n’ai pas besoin de beaucoup d’outils et de matériel, juste de mes mains.

poterie
poterie

Inspirations architecturales

Créatures sorties d’un autre monde, minis abris, grottes ou curieux personnages… Si elles laissent place à l’imagination, les rondeurs avenantes des œuvres d’Elisa ne doivent rien au hasard : “J’étais enceinte de mon second enfant lors de ma formation, ça a influencé inconsciemment ma manière de sculpter. Lorsque je touchais mes pièces, il y avait quelque chose d’hyper sensuel et de maternel qui se dégagait”. Mais le premier berceau réconfortant de l’humanité n’est pas l’unique source d’influence de cette adepte du vintage : “Édifice”, “Refuge”, “Arche”, “Cocon”, le nom de ses créations portent en eux l’empreinte même de ses inspirations. Parmi elles, les formes sculpturales organiques d’Antti Lovag, architecte des “maisons-bulles”, les arches bétonnés de Xavier Corbero, le mouvement architectural rigoureux du brutalisme ou encore les cabanes et autres habitations primitives et tribales. “J’aime cette vague d’architectes des années 70 un peu utopistes, il y a quelque chose du domaine du rêve et de la liberté qui me plaît dans leur état d’esprit. Finalement, c’est cette notion de cocon protecteur, de refuge, d’habitat rassurant qui m’anime profondément”, explique la jeune céramiste. 

Luminaire céramique
Luminaire céramique

Durables & slow 

Du mot “keramos” traduit du grec par “argile”, la céramique fut l’un des premiers matériaux utilisés par l’homme, bien avant le verre et le métal. Si cet art millénaire revient aujourd’hui en force dans nos intérieurs, par essence, il impose la lenteur : “La matière est comme elle-est, c’est à nous de nous adapter à elle et non l’inverse, il faut prendre son temps, recommencer et voir progressivement la forme évoluer sous nos mains”. Pour acquérir une des petites merveilles d’Elisa, il faut parfois compter six mois d’attente. Mais l’engouement autour de l’artisanat est tel que les consommateurs sont de plus en plus sensibles aux objets faits main, peu importe le temps de fabrication.

Objets de désir 

Escamotés de légères traces de mains et par essence imparfaits, les objets en céramique ont cette magie unique de capturer l’empreinte personnelle de leur créateur. Avec leurs courbes mates et granuleuses, les créations d’Elisa ne font pas exception à la règle : “J’aime cette irrégularité dans les pièces, ce côté pas toujours net, naïf, qui se dégage.” Des formes intuitives et émotives déployées dans une candeur délicate, des courbes comme des baumes réparateurs dans un monde de plus en plus incertain et enfin la liberté intemporelle des mouvements loin de la rigidité des angles qui cloisonnent… Talentueuse et singulière, Elisa Uberti figure décidément parmi les artistes céramistes contemporaines à suivre !

Luminaire
Les œuvres d’Elisa sont exposées chez Philia, galerie d’art et de design sculptural contemporain international  basée à Genève et au sein de la galerie Objets Inanimés à Marseille, présentant des pièces exclusives, contemporaines et vintages. 

Abonnez vous à notre newsletter pour ne manquer aucun de nos articles ou nos dernières sorties de magazine.

  • Notre carnet de tendances couleurs 2022 à télécharger gratuitement
  • Recevez en avant-première nos magazines en version digitale
  • Soyez alertez de la sortie de nos derniers articles
TOP

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Partageons l'art de vivre

1€ reversé à la Fondation de France pour chaque abonnement

Abonnez – vous