Rencontre avec le designer Édouard Astruc

Il maîtrise l’art difficile d’être simple. Designer, Édouard Astruc joue des matériaux et de la lumière pour créer des univers inspirés. Derrière les lignes minimalistes de ses créations se cachent une technicité et une exigence de perfection créatrices d’harmonie et d’évasion. Rencontre.

Lignes et lumière

Sebastien-Hamelin-Collection-Le-hetre-pourpre

Sebastien Hamelin – Collection Le hêtre pourpre

Le restaurant la Table du Colysée de Lambersart est en ce début de soirée nimbé d’une myriade de douces lumières. Au-dessus du bar, 10 luminaires en suspension forment une forêt suspendue. Une forêt oui, car c’est un arbre monumental qui a inspiré Édouard Astruc pour sa collection de luminaires et photophores baptisée Le Hêtre Pourpre : « cet arbre majestueux présent dans mon jardin m’a inspiré pour un projet que je devais réaliser lors de mes études de design à Cépreco à Roubaix», explique-t-il.

«J’ai voulu créer un objet qui restitue cette impression de bien-être que l’on ressent quand on regarde le ciel, allongé dans une forêt entourée d’arbres. J’ai travaillé sur un principe de colonne en acier laqué avec un jeu de pleins et de vides selon le principe d’extrusion.

Les pleins représentent la lumière qui traverse l’arbre, et les vides son feuillage pour refléter ses branches sur les murs et le plafond. La partie basse (1/3 de la colonne) est pleine en référence au tronc de l’arbre. »

Noblesse et simplicité

Sebastien-Hamlin-Lampes-au-restaurant-la-Part-des-Anges

Sebastien Hamelin – Lampes au restaurant la Part des Anges

« Les luminaires d’Édouard correspondaient exactement à ce que je souhaitais pour le nouvel esprit du restaurant axé sur le végétal et la noblesse des matériaux bruts», témoigne le chef Laurent Cauchy. « Il m’a montré cette collection alors que je finalisais le nouveau design du restaurant. J’ai été immédiatement séduit. En 15 jours, l’installation était prête pour l’inauguration. Le soir, les effets de lumière sont extraordinaires et se voient de loin grâce aux grandes verrières. » Dans la salle des banquets, sous le grand plafond pentu en béton ciré où sont inscrits les noms des dernières célébrités qui ont fréquenté les lieux (Claudio Capéo ou Mia Frye !), une grande colonne d’1,20 mètre sublime les murs de bois et le trompe l’œil végétal de lacets d’ombres et de lumières.

Laqués noir, blanc, beige, or, argent ou bronze, les luminaires enchantent une pièce comme un extérieur. Édouard a mis près d’un an à obtenir l’effet parfait et à trouver le spot adéquat. « Il fallait un seul faisceau de lumière pour que le dessin projeté soit net. Il y a 300 formes en tout, des formes abstraites, dessinées au millimètre près par la découpe laser selon un dessin élaboré sur logiciel. Le luminaire naît d’une technique de pliage, de soudure et de ponçage très précise.» Il s’est entouré de deux entreprises de la région : InoxyFrance à Wambrechies et MétalBat à Hazebrouck. « Je tiens à ce que la fabrication soit 100% Hauts-de-France. »

 « Less is more »

Edouard-Astruc-Rhinocéros

Edouard Astruc – Rhinocéros

Grand admirateur de l’architecte allemand Ludwig Mies van der Rohe, Édouard Astruc a fait sienne la devise du préfigurateur des gratte-ciel New-Yorkais. Un joli symbole pour ce jeune homme passionné d’escalade, qui aime repousser ses limites et relever de nouveaux défis.

Ce dessinateur au coup de crayon simple, sophistiqué et épuré a créé en 2016, parallèlement à la collection Hêtre Pourpre, une collection de sculptures murales minimalistes en un seul trait, inspirées des animaux sauvages : les longues défenses de l’éléphant d’Angola, les cornes du rhinocéros blanc, les bois du cerf d’Elaphe, les bosses du chameau de Bactriane, le long cou du flamant des Caraïbes et le bec surdimensionné du toucan toco. « Une seule partie de l’animal est représentée pour apporter plus d’intention à son élément. Éditées en 300 pièces pour les petites et moyennes, les plus grandes 1,50 m sur 2,40 m sont réalisées en 8 exemplaires seulement. »

Empreintes de sophistication et de légèreté, ces sculptures ont le pouvoir de nous transposer au cœur de paysages extraordinaires, désert, forêt ou jungle. Un véritable voyage pour l’imaginaire. De nouvelles collections liées à l’architecture régionale et au cinéma sortiront en novembre 2017.

Dessine-moi un univers

Edouard-Astruc-Serre-horticole-du-Palais-Rameau

Edouard Astruc – Serre horticole du Palais Rameau

Avant cette orientation dans le design d’objets, Édouard a étudié l’art, l’architecture et l’urbanisme à l’école Saint Luc et La Cambre Horta à Bruxelles en Belgique. Durant ses 3 années à l’école Cépreco à Roubaix, il a multiplié les stages avec des architectes, des urbanistes et des promoteurs immobiliers. Sa dernière année de formation en alternance chez Maes, l’agence d’architecture et d’urbanisme lilloise, lui permet de remporter en 2015 un concours de Loger Habitat pour créer une sculpture sur mesure (7 m de haut et 5 m de long) dans le hall d’entrée de la résidence Le Carré Rameau à Lille. Elle représente la serre horticole du Palais Rameau.

D’autres projets sont en cours avec Bc Neoximo. « J’intègre dans tous mes projets l’esprit des lieux. Pour proposer des projets urbains qui tiennent compte d’un ancrage contextuel, culturel et historique. » Il élabore aussi des enseignes en potence, inspirées de l’Art nouveau, où la découpe des lettresl, dans un esprit organique, évoque la fantaisie des contes ou les films de Tim Burton. La Table du Colysée en a adopté une et bientôt le Musée de la Poupée du Jouet ancien de Wambrechies se dotera d’une jolie voiture Citroën signé AS. AS, la signature d’un designer qui enchante l’espace.

Vous aimerez lire aussi :

>>  Freg et sa passion dévorante pour les lofts

Claire Decraene
Publié le 12/07/2017 par Claire Decraene
Journaliste free-lance, Claire c'est la chineuse de bonnes adresses. L'amoureuse des grands espaces et des petits coins de paradis de sa région. La défricheuse de belles rencontres, des bonnes adresses déco authentiques, et des pépites culturelles qui foisonnent sur ces chemins de traverse !
S'inscrire à notre newsletter
OK