Featured Video Play Icon

Lucie nous accueille chez elle, mais aussi chez ses 12 colivers ! Le concept du coliving ? La colocation avec le sens du partage en plus ! « My name is Bernard. And you, what’s your name ? »… Plus qu’une maison : un état d’esprit…

Par Laetitia Roitberg, Photos : Clémentine Cailleteau

https://mynameisbernard.com/

Tout a commencé il y a cinq ans, lorsque Lucie Moreau est de retour à Lille pour le boulot, après plusieurs années passées à l’étranger, notamment en Inde et en Colombie. La jeune trentenaire a alors cherché à vivre en colocation pour se faire rapidement des amis, mais elle n’a jamais trouvé la maison de ses rêves… « Un an et demi après être arrivée, je me suis dit : je quitte tout et je me lance sur le coliving ! », entame Lucie, 33 ans.


Alors, quelle différence entre colocation et coliving ? Selon Lucie, la première consiste simplement à accueillir sous le même toit plusieurs personnes, alors que le second mode d’habitat va plus loin en générant un esprit de communauté et en proposant des services en plus : conciergerie, ménage et événements réguliers (cours de cuisine, dégustation de vins…).
La maison organise un événement par mois destiné aux colivers et un autre ouvert aux personnes de l’extérieur qui peuvent ainsi découvrir le lieu et profiter du cadre : « Depuis l’ouverture de la maison en mars dernier, on a déjà organisé un concert funk dans le salon et des talks orientés développement personnel », explique Lucie.


Les colivers de My Name is Bernard ont une trentaine d’années en moyenne -autant de femmes que d’hommes-. « Ce qui les unit, c’est cette envie d’échanger, de rencontrer du monde, certains ont beaucoup voyagé, nos expériences sont très riches… », précise la propriétaire.

Vivre à la « Friends » !

Lucie et son associée Alexandra ont craqué pour une maison de maître, l’ancien consule des Pays-Bas –d’où le nom de la maison : le Consulat- située en plein centre-ville de Lille, rue Solférino. « La maison de 360 m² était déjà belle, on a voulu lui redonner une âme pour vivre à 13 », explique la jeune femme. L’idée c’était d’avoir plus de place dans le salon et les chambres ; on a donc réaménagé certains espaces, comme les cages d’escaliers ».

Dès l’entrée, on est accueilli par une fresque en noir et blanc de l’artiste du Nord Graphaky.

« On avait envie d’avoir des espaces communs super Wahou, punchy et énergisant ! », s’enthousiasme Lucie. A l’inverse, on a souhaité des chambres qui soient très calmes, qui invitent à l’intimité, en privilégiant les teintes neutres et les matières douces », poursuit-elle. Ce sont deux copines Maïté et Maëva qui se sont occupées de la décoration et qui ont beaucoup chiné pour insuffler un esprit pop dans cette bâtisse aux grandes hauteurs sous plafond et pourvue de cheminées monumentales. 

La cuisine ouverte sur la salle à manger est un espace convivial : « Chacun a son espace au niveau du réfrigérateur et son propre placard. On partage la vaisselle, les épices, la café… On a même une pompe à bière ! », raconte la propriétaire. 

Face au succès de cette première maison de coliving, Lucie et Alexandra sont en recherche d’autres bâtisses comme celle-ci, situées au cœur de Lille. « Nous avons déjà une liste d’attente et comme nous faisons partie de la programmation de Lille Métropole Capitale mondiale du Design, on aimerait ouvrir un autre lieu en 2020 pour accueillir le public », conclut Lucie. 

Vous aimerez aussi :