Marais Audomarois, laissez-vous embraquer

 Parce qu’il est merveilleux en toutes saisons, le marais audomarois fait partie de ces endroits refuge où l’on a plaisir à venir et revenir, sans jamais se lasser. Ce paysage sensible et fragile, reconnu par l’Unesco, offre de multiples idées pour s’évader le temps d’un week-end.
1

Dès que la barque s’éloigne du rivage, le plaisir
est toujours le même. L’aventure est simple mais authentique. Bercés par les lacis aquatiques de cet immense jardin à ciel ouvert (3726 hectares), on déconnecte, absorbés par l’observation de ces eaux calmes, où les hommes semblent avoir fait un pacte avec la nature. Il faut remonter au 12e siècle pour voir naître ces lignes d’eau sous l’impulsion des moines. Ils assèchent cette vaste zone marécageuse, aménagent les voies d’eau (700 km encore aujourd’hui !) appelées ici « wateringues » et « watergangs » pour les plus étroites. Des lègres naissent, ces langues de terre encore cultivées par les maraîchers. Le marais audomarois abrite toujours une soixantaine d’agriculteurs. Au même titre que la Camargue, la mer d’Iroise, ou le Luberon, le marais audomarois a obtenu le label “Man and Biosphere” attribué par l’Unesco.

2

Pays de cocagne

Malgré une météo capricieuse, ils sont nombreux ce dimanche à se presser autour de l’imposant bacôve de David et Astrid Flandrin. Maraîchers – « brouckaillers », dit-on encore dans l’Audomarois – ils viennent vendre leur production plusieurs fois dans l’année à la halte fluviale d’Isnor. L’entreprise est à l’origine de ce marché flottant unique en France ! Produits régionaux, charcuteries, bière et légumes, une ribambelle de gourmandises issues du terroir s’offre aux promeneurs dans un site bucolique à souhait. Si les marchés flottants ne reprennent qu’au printemps, vous pourrez rencontrer David et Astrid lors des croisières maraîchères organisées par Ô Marais… pour acheter des légumes à leur « drive du Marais » ou visiter leur exploitation. Ici, les références à la tradition sont partout. Pour se régaler du fameux burger de cochon de lait au maroilles ou d’un crumble de légumes, l’estaminet La Baguernette (du nom d’un outil servant à curer le marais) offre un cadre convivial et chaleureux.

3

Réserve de nature

104 hectares de pure nature : la Réserve naturelle nationale du Romelaëre, c’est un peu la cerise sur le gâteau. Un petit paradis vert protégé, né de l’exploitation des tourbières. Particulièrement agréable en famille, la visite emmène au fil d’un cheminement sur pilotis à travers des roselières, des prairies humides et des bois tourbeux. On découvre d’abord la faune et la flore typiques des lieux à la Grange Nature avant partir à la rencontre de cette faune secrète du marais : héron, butor étoilé, cormoran, grèbe huppé, batraciens, on retrouve une nature florissante avec plus de 1 000 espèces végétales et animales dont 160 espèces d’oiseaux rares et protégées…

4

 

Des enfants du marais à rencontrer

6 5

Rémy Colin – Depuis toujours il a la passion du marais et du travail du bois. A Saint-Omer, Rémy Colin construit des escutes et des bacôves, les bateaux traditionnels du marais. Un savoir-faire hérité de son grand-oncle, Gérard Colin, le dernier « faiseur de bateaux ». Ce qui a valu à son entreprise le prestigieux label « Entreprise du Patrimoine Vivant ». La découverte offre un tas de sensations inédites : construire ces embarcations à l’ancienne requiert un savoir-faire unique pour courber le bois avec la chaleur et l’humidité, assembler les pièces avec des clous en fer forgé, calfater au goudron pour l’étanchéité… Il n’y a plus qu’à embarquer ! Au départ du faubourg historique de Lyzel, on sillonne « la petite Venise du Nord » en silence, au rythme de la ruie, la pagaie traditionnelle. On se laisse bercer par le récit de Rémy, peuplé de Marie Groëtte, de souvenirs de guinguettes au bord de l’eau et d’anecdotes passionnantes sur la vie locale.

Les Faiseurs de bateaux / 43 route de Clairmarais à Saint-Omer / 06 08 09 94 88 et www. lesfaiseursdebateaux.fr

Publié le 06/12/2017 par Elise Bastien
S'inscrire à notre newsletter
OK