COSAGACH : la version écossaise du bien-être

Après le Hygge danois et le Lagom suédois, les Écossais mettent à leur tour un nom sur leur vision du cocooning et imposent le “Cosagach” comme la tendance bien-être de 2018. 

HYGGE, LAGOM ou COSAGACH ?

Pour le Cosagach, la nature est source d'inspiration

Pour le Cosagach, la nature est source d’inspiration

Issu du gaélique, le terme “Cosagach” définirait, selon l’office de tourisme écossais, le fait d’être confortablement et chaleureusement installé chez soi, alors que la météo extérieure s’avère peu clémente. Mise au point sur les différentes méthodes d’épanouissement personnel venues du Nord.

Dans Le Livre du Hygge, l’auteur Meik Wiking définit ce concept danois notamment comme “La sensation d’être en sécurité, comme protégé du monde extérieur et de pouvoir enfin baisser la garde”. Le Hygge sacralise donc le cocooning, la déconnexion et les moments simples passés entre amis autour de la cheminée à savourer une boisson chaude. Anne Thoumieux, dans Le Livre du Lagom explique qu’il s’agit d’une quête de justesse, d’équilibre personnel passant par la pondération. Le Lagom est ce qui est “ni trop, ni trop peu”. C’est donc une version plus minimale du cocooning, qui préfère la qualité à la quantité. Cela se traduit par des intérêts pour des thématiques collectives comme le développement durable ou encore la consommation locale.

Les plaids Tartan sont indispensables

Les plaids Tartan sont indispensables

L’office Visit Scotland estime, quant à elle, que personne n’a besoin de Hygge (ou de Lagom) quand on a le “Cosagach”. Le Cosagach, c’est être sur un fauteuil confortable (si possible avec un plaid en tweed ou motif Tartan pour les références au pays) avec une vue sur des paysages mystérieux comme seul l’Ecosse peut le proposer. Une vision du bien-être, entre intérieur et extérieur, fait de confort physique et de béatitude devant les éléments.

Le slow !

Le slow cosmétique ne cesse de se développer

Le slow cosmétique ne cesse de se développer

Vous l’aurez compris, les différences entre ces trois concepts nordiques sont minimes, voire anecdotiques. Chacun des trois pays revendique sa méthode qui revêt différents noms selon la nuance nationale, mais, en réalité, elles témoignent toutes les trois d’un même penchant : celui du slow.
Celui qui invite à prendre le temps de vivre, sans vitesse, sans excès, sans connexion et qui touche tous les domaines du lifestyle : du fooding à la beauté. Se concentrer sur l’essentiel, se recentrer pour être heureux : voilà la bonne résolution bien-être à tenir en 2018 !

Publié le 21/06/2018 par Agathe Gadenne
S'inscrire à notre newsletter
OK