Chez Jenny, la magie de Noël opère…

Sapin, guirlandes et bougies, aucun doute, l’heure de Noël a bien sonné chez l’instagrameuse Jenny Gevaert. La fondatrice de la boutique prêt-à-porter à Orchies et e-shop “Influence” nous ouvre les portes de sa maison semi-bourgeoise, située en plein coeur de la Pévèle. La jeune maman nous dévoile ses idées déco pour une maison qui respire la magie de Noël !

Par Laetitia Roitberg, Photos : Sébastien Hamelin

Ce n’est pas une boutique mode “Influence” qui cartonne et un compte Instagram suivi par 55 000 abonnés qui empêchent Jenny Gevaert de décorer sa maison comme dans les plus beaux films de Noël !

Mon beau sapin, roi du salon…

sebastien-hamelin

Sébastien Hamelin

3 mètres de haut, le sapin (artificiel) de Jenny est vertigineux. Lorsque nous entrons chez la jeune maman, notre regard se porte immédiatement sur ce majestueux sapin tout de blanc et doré vêtu. Les boules dorées, blanches irisées et les roses blanches sont disposées de façon régulière et lui donne cet effet infini…

Ses illuminations irradient le séjour et le sapin apporte sa magie hivernale à toute la maison. Jenny a également disposé des guirlandes lumineuses en hauteur pour décorer la pièce de vie. La propriétaire a eu la bonne idée d’enrouler les poutres en bois de la charpente de guirlandes lumineuses et de branches de sapin avec de gros noeuds blancs. Elle en a aussi disposé sur la manteau de cheminée qu’elle a réalisé elle-même avec du médium, puis peint ensuite en noir. Les traditionnelles chaussettes de Noël, quelques bougies et une guirlande artificielle en sapin viennent habiller la fausse cheminée. De quoi promettre une belle arrivée au Père Noël…

“Je m’inspire beaucoup des décorations de Noël des hôtels et grands magasins, ça m’a donné envie d’exploiter la passerelle…”

Rénovation vertigineuse

sebastien-hamelin

Sébastien Hamelin

Jenny et son mari Olivier ont rénové la totalité de cette maison semi-bourgeoise située dans un petit village proche d’Orchies. “C’est amusant, ce n’était plus une maison lorsque nous l’avons achetée mais un ensemble de petits commerces de proximité”, raconte la jeune femme. Le couple a eu l’idée d’abattre une partie de l’étage pour apporter de la clarté et une plus grande hauteur sous plafond au salon – salle à manger.

La charpente en bois apporte un charme authentique à la pièce. “On ne savait pas en abattant le plafond que nous allions trouver des poutres en bois, c’était une belle surprise ! On en a conservé quelques unes pour supporter le poids de la passerelle et des chambres de l’étage”, se souvient Jenny.

Le couple a retiré une partie du parquet du premier étage pour apporter de la hauteur à la pièce de vie, et a ajouté des fenêtres de toit pour l’éclairer davantage.

Sebastien-hamelin

Sébastien Hamelin

Cuisine Total black avec crédence en carreaux noirs façon métro et plan de travail en bois réalisé sur mesure par Atelier Wood.

 

Le bois dans tous ses états

sebastien-hamelin

Sébastien Hamelin

Le couple a conservé une partie du premier étage au-dessus de la cuisine pour y aménager sa suite parentale avec salle de bains attenante. Il y accède par une passerelle en bois qui surplombe le salon – salle à manger. Du haut de sa passerelle, la belle influenceuse peut contempler son séjour tout ouvert…

“C’est mon mari qui travaille dans le bois qui a construit la passerelle”, explique-t-elle. Olivier qui est à la tête d’Atelier Wood à Coutiches, confectionne du mobilier en bois et métal : avec des bois nobles : chêne massif et orme. “C’est lui qui a réalisé la console de l’entrée, la table à manger aux contours irréguliers et le plan de travail de la cuisine”, précise-t-elle, ravie.

 

sebastien-hamelin

Sébastien Hamelin

Son fils Marceau possède une chambre blanche comme neige… Les ours en peluche et les macramés viennent apporter une touche nature à son paradis blanc…

 

sebastien-hamelin

Sébastien Hamelin

Telle une princesse, la chambre de Romy rayonne par ses touches de rose. On adore le grand dressing séparé de la partie chambre par des volets en bois.

 

Publié le 04/12/2018 par Agathe Gadenne
S'inscrire à notre newsletter
OK