Quand l’intérieur rejoint l’extérieur…

Transparence des baies vitrées, verdure de la pelouse et blancheur des matériaux : la maison de Laurence se fond dans la nature. Une construction signée par l’architecte Sophie Bello.

Salon blancPhotos : Sébastien Hamelin – Salon blanc

La pièce principale de l’habitation est vitrée de chaque côté pour avoir la sensation de vivre « dedans dehors »

Au commencement de chaque projet immobilier, il y a une rencontre. Celle de Laurence, de son époux Damien et de l’architecte Sophie Bello a pris la forme d’un bout de papier.Un premier brief où le couple a pris soin d’expliquer la vision de leur future habitation.

« Nous vivions dans une maison plutôt classique et nous avions envie de faire construire une demeure plus contemporaine » confie Laurence en préambule. « Un jour, alors qu’on se baladait à Croix, nous avons eu un coup de coeur pour une construction ».

Le hasard fait parfois bien les choses. Sans hésiter, le couple frappe à la porte. « Les propriétaires nous ont fait visiter leur maison et nous ont conseillé d’appeler Sophie Bello, architecte à Villeneuve d’Ascq. En réponse à mon appel, elle nous a demandé de lui écrire une lettre ». Le couple se met alors à la tâche.

En quelques mots, ils décrivent leur future maison : minimaliste, épurée, lumineuse. « J’imagine bien en plein hiver voir la neige de part et d’autre du salon et me sentir bien au chaud » écrit par exemple Laurence sur la feuille blanche. En retour, l’architecte leur envoie une longue lettre très poétique où elle évoque la future demeure familiale et dessine déjà ses contours.Une première maison de papier…

« Le projet était déjà très clair dans nos têtes avant que nous ne rencontrions l’architecte » se souvient Laurence. « Sophie Bello a traduit parfaitement nos rêves et nos envies. Par exemple, dans le brief, nous avions précisé que nous voulions un coin enfants séparé du coin parents avec un point central où pourrait vivre la famille ».

Du papier à la réalisation, il n’y a qu’un pas ! Il suffit d’entrer dans la maison pour que les espaces se dessinent instinctivement. Un couloir tout en transparence dessert la pièce principale vitrée de part et d’autre.

Salon blancPhotos : Sébastien Hamelin – Salon blancEscalier et séjour blancPhotos : Sébastien Hamelin – Escalier et séjour blanc

Minimalisme

Dans la lettre envoyée à l’architecte, le couple précise également son envie d’avoir une maison la plus minimaliste possible. « Je voulais que tout soit caché. Sophie Bello a tout de suite compris mes envies. Elle a énormément travaillé sur l’intégration des rangements dans la maison ».

La cuisine est à l’image du reste de l’habitation : toute en sobriété. Un large mur de placards dissimule les appareils ménagers, la vaisselle et l’alimentation. Devant, un îlot central de 3,40 mètres de long permet au couple et à ses trois enfants de dîner confortablement durant la semaine.

« L’îlot sur mesure a été fabriqué en Corian blanc. Il résiste à la chaleur et il est très facile d’entretien ! C’est vraiment le point central dans la cuisine. Instinctivement, les gens s’installent autour. C’est très convivial ». Toujours dans cet esprit minimaliste, les espaces sont traités d’une façon monochrome afin de ne pas rompre l’unité : du sol au plafond, tout est blanc. Seule exception à la règle : la chambre de la benjamine de la famille, qui fait une large place à la couleur.

Salle à manger blanchePhotos : Sébastien Hamelin – Salle à manger blanche

White is white

« Le blanc est vraiment un parti pris. Avant, nous avions une décoration plutôt typée Slots avec des fauteuils Louis XVI. Nous avons tout revendu pour aller vers plus d’épure et de minimalisme » précise Laurence en faisant le tour des lieux.

Dans la pièce à vivre, seul le portemanteaux Cactus de Drocco & Mello et le célèbre rocking-chair signé Charles & Ray Eames apportent une petite pointe de fantaisie. « Le blanc met en valeur le jardin. Nous avons la sensation de vivre au rythme des saisons » confie la propriétaire des lieux. « En plus, ça permet de jouer avec des petites touches de couleur décoratives : par exemple, des clémentines dans un bocal transparent dans la cuisine pour le côté tonique ou des têtes d’hortensias vertes ».

Pour que le sol soit en harmonie avec la maison, Laurence et son époux ont opté pour une résine de couleur… blanche ! « Ainsi, il n’y a pas de rupture entre les différents espaces. C’est plus harmonieux et uniforme ». Une bulle transparente posée au milieu de la nature afin de vivre au rythme des saisons.

Salle de bains blanchePhotos : Sébastien Hamelin – Salle de bains blancheBaie vitrée avec vue sur l'extérieurPhotos : Sébastien Hamelin – Baie vitrée avec vue sur l’extérieur

Chacun son espace

« L’aménagement extérieur a été pensé en fonction des heures de la journée avec une terrasse où les enfants peuvent jouer et s’amuser, un jardin pour se détendre et se reposer, un espace pour recevoir les gens, etc. » rappelle Laurence.

« Afin que chacun puisse avoir sa tranquillité, nous avons des entrées différentes. Ainsi, les enfants ont vraiment leur espace à eux, bien délimité du nôtre ». L’architecte Sophie Bello a également utilisé la végétation extérieure afin de protéger l’habitation du vis-à-vis.

Pour créer une climatisation naturelle, dès que les températures commencent à grimper, il suffit d’ouvrir les larges baies vitrées de chaque côté de la maison pour obtenir rapidement un courant d’air frais. Au contraire, en hiver, les rayons de soleil illuminent la pièce à vivre et réchauffent vite l’espace. Il y a comme une continuité entre l’intérieur et l’extérieur.

Côté chauffage, le couple a opté pour de la géothermie. « C’est très agréable au quotidien. Dès que nous rentrons, nous nous déchaussons et restons en chaussettes ! » avoue notre hôtesse. Un choix qui participe au bien-être général dans la maison…

 

Vous aimerez aussi lire : 
>> Une ancienne boulonnerie transformée en maison à vivre
>> Visite d’une maison au charme flamand
Sophie Hélouard
Publié le 22/10/2012 par Sophie Hélouard
Si c’était un élément de décoration de la maison, Sophie serait sans doute un bow-window. Pour se percher et regarder le monde. Journaliste free-lance ascendant « presse écrite », elle aime observer ce qui l’entoure, s’imprégner de l’air du temps et décrypter les dernières tendances. To hygge or not to hygge, that’s the question…
S'inscrire à notre newsletter
OK