Maison écolo : économique, esthétique et pratique

Avec une consommation en chauffage inférieure à 15 kWh/m² par an, les constructions passives -encore trop rares- sont le nouveau Graal des propriétaires, soucieux de limiter leur impact sur l’environnement et leur facture énergétique.

Maison passivePhotos : Sébastien Hamelin – Maison passive

Une maison avant-gardiste

Chauffer sa maison en allumant la lumière ou en faisant cuire une tarte dans le four : une utopie ? Plus aujourd’hui ! 

Les constructions passives défient tous les critères en matière de performance énergétique. Propriétaire d’une maison à très basse consommation en métropole lilloise, Georges confirme :

« Nous avons une température intérieure de 21 à 22°C toute l’année sans chauffer. Lorsque nous nous absentons quelques jours, elle descend à 19°C. Mais il suffit d’allumer la lumière ou de préparer le repas pour qu’elle monte à nouveau de deux ou trois degrés ».

Des résultats qui laissent pantois les profanes !

Maison passivePhotos : Sébastien Hamelin – Maison passive

Une habitation peu énergivore

« Notre maison a beaucoup d’avantages : il y fait toujours une température agréable ; la construction en ossature bois régule l’humidité et avec ses murs très épais, elle est étanche à l’air mais aussi aux bruits extérieurs », poursuit le propriétaire.

Pour se chauffer, la maison passive utilise toutes les sources de chaleur disponibles : soleil, habitants, électroménager, etc. Afin de bénéficier au maximum de l’apport énergétique de l’astre solaire, de larges ouvertures ont été réalisées côté sud. A contrario, l’été, des stores micro-perforés -laissant passer la lumière permettent d’éviter la surchauffe.

« En prévision d’une revente, nous avons tout de même fait installer un chauffage au sol pour rassurer les futurs acquéreurs. Mais nous ne l’avons jamais utilisé ! » confie Georges. « Quand nous sommes absents, les stores s’ouvrent automatiquement afin que la maison puisse profiter des rayons du soleil et emmagasiner les calories ».

 

cuisine Linea QuattroPhotos : Sébastien Hamelin – cuisine Linea Quattro

Une maison d’esthète

Aménagée par l’architecte d’intérieur Claudine Droulet (Etat Futur), la maison est très chaleureuse et conviviale. 

La cuisine baigne dans un halo de lumière. Au rez-de-chaussée le living-room et la grande cuisine signée Linea Quattro, s’ouvrent sur la verdure du jardin et profitent de la lumière naturelle toute la journée.

 

Maison passivePhotos : Sébastien Hamelin – Maison passive

À la pointe de la technologie

 

Après avoir fait le tour des pièces de vie, le propriétaire nous conduit à l’étage où est installée la VMC double flux, un élément incontournable des maisons passives. En effet, si l’enveloppe de l’habitation est étanche à l’air extérieur, il est nécessaire de renouveler l’air intérieur de manière à évacuer les polluants produits par l’activité humaine (vapeur d’eau, CO2, etc.) et ceux issus des émanations chimiques du mobilier ou des peintures.

« Près de dix-sept bouches sont disséminées dans toute la maison » précise le maître des lieux en ouvrant une porte derrière laquelle est caché l’impressionnant dispositif.

« L’architecte – Alain Delcourt du bureau Triglyphe– et les ingénieurs ont dû prévoir tous les passages de conduits, de gaines électriques et de canalisations deau avant le début de la construction afin de ne pas repercer la structure par la suite. Les maisons passives sont très techniques. Elles doivent être bien pensées et demandent une coordination permanente entre le maître d’oeuvre, le maître d’ouvrage et les entreprises ».

Une plus grande réflexion en amont pour un meilleur confort de vie en aval… qui offre à l’intérieur une température ambiante autour de 20°C toute l’année.

 

Vous aimerez lire aussi : 
>> Maison écolo : des économies à gogo
Sophie Hélouard
Publié le 30/05/2014 par Sophie Hélouard
Si c’était un élément de décoration de la maison, Sophie serait sans doute un bow-window. Pour se percher et regarder le monde. Journaliste free-lance ascendant « presse écrite », elle aime observer ce qui l’entoure, s’imprégner de l’air du temps et décrypter les dernières tendances. To hygge or not to hygge, that’s the question…
S'inscrire à notre newsletter
OK