Les trucs et astuces de Cléo de Tesquerie

Bien recevoir n’est pas chose facile… Surtout s’il s’agit d’invités de marque, ou à l’occasion d’une réception toute particulière comme un repas avec votre patron ou vos fiançailles tant attendues. Voici les clefs pour ne pas faillir à une réception d’exception…
Par Elise Coqueret

Photos : –

La phase « before » : la cruciale invitation

Pour faciliter les points d’accroche, constituez un panel d’invités susceptibles de s’entendre (ils ont un goût prononcé pour l’art, des enfants du même âge ou ils partent en vacances dans la même région). Attention, il est préférable d’avoir une parité numérique
homme – femme. Il n’existe pas de chiffre d’invités idéal. Bien que certains disent que le chiffre le plus propice à la conversation
est de six personnes. Pour faciliter les réponses et le choix de la tenue de vos convives, prenez soin de leur indiquer quels sont les autres invités, le ton de la soirée et naturellement l’heure à laquelle vous les attendez.

Un accueil serein

Attention, tout doit être prêt au premier coup de sonnette. Débarrassez vos invités de leurs vêtements et faites-les passer au salon. L’apéritif, destiné à ouvrir l’appétit, sert aussi à faire patienter en attendant les retardataires. Si vos invités ne se connaissent pas, n’oubliez pas de les présenter en une courte phrase. Enfin, si on vous offre des fleurs, mettez-les dans un vase, si c’est une
bouteille de vin, servez-la pendant le repas (sauf si le vin ne s’accorde vraiment pas avec vos mets). Si on vous offre des chocolats, présentez-les au café et si le cadeau est un tout autre objet, placez-le au salon.

Photos : – Photos : –

Le dîner : placement selon la coutume

L’usage veut que le maître et la maîtresse de maison soient assis face à face au centre de la table. La place d’honneur pour une femme est à la droite du maître de maison, pour un homme à la droite de la maîtresse de maison, les places à gauche sont
attribuées aux invités honorés en second, c’est comme ça. Il est aussi d’usage d’alterner les hommes et les femmes et de séparer
les couples, sauf s’il s’agit d’un couple marié depuis moins d’un an.

Comment servir ?

Lorsque l’on sert, on commence par les dames, de la plus âgée à la plus jeune, puis les messieurs dans le même ordre. La maîtresse de maison sert les plats, tandis que le maître de maison sert le vin. Les plats sont présentés à la gauche de l’invité qui se sert lui-même, tandis que le vin se verse par la droite. Les plats, à l’exception du potage, du fromage et du dessert, sont présentés deux fois. Et si les convives se resservent, vous devez les accompagner.

Photos : – Photos : –

L’« after dinner »

Lorsque vous desservez, pour éviter d’empiler les assiettes avec leurs déchets, prévoyez sur une desserte un saladier afin de vider discrètement les assiettes avant de les empiler. Ne vous lancez pas maintenant dans le remplissage du lave-vaisselle, car
vous ne devez pas laisser vos invités seuls trop longtemps. Proposez de passer au salon pour boire le café ou des infusions et déguster les alcools et les liqueurs, voire fumer le cigare. C’est la maîtresse de maison qui sert le café, tandis que le maître de maison sert les liqueurs et les alcools. Tenez votre rôle jusqu’au bout, ne laissez paraître aucun signe de lassitude et montrez-vous décontracté, même si vous êtes fatigué et que les invités s’attardent. Normalement, si ces derniers sont bien élevés, ils savent que proposer des rafraichissements est un moyen courtois de donner le signal du départ. Enfin, raccompagnez vos invités jusqu’au pas de la porte en les aidant à endosser leurs vêtements. Ils sont partis ? Mission réussie !

Les boutades à éviter

– Saler avant d’avoir goûté. Ça n’est pas très délicat envers le cuisinier.
– Saucer son assiette avec un morceau de pain. A la limite, si vous en mourrez d’envie, placez un petit bout de pain au bout de votre fourchette.
– Poser ses couverts en croix dans l’assiette. Et oui, cela ne se fait pas : il faut les poser parallèlement.
– Mettre la main sur son verre quand on ne veut plus de vin. Dîtes juste «non merci».
– Offrir une bouteille de champagne. Cela part d’un bon sentiment de votre part, mais mieux vaut trouver une autre idée de cadeau. Vous donnez l’impression que votre hôtesse ne vous donnera pas assez à boire ou que le champagne qu’elle proposera n’est pas d’assez bonne qualité. D’ailleurs, les maîtresses de maison préfèrent un bouquet de fleurs. Dans ce dernier cas, le mieux est de livrer le bouquet à l’avance (merci Internet !) : la maîtresse de maison aura le temps de mettre le bouquet dans un vase plutôt que d’avoir à le faire en plein rush lorsque les invités arrivent.
Publié le 24/10/2012 par La rédaction
S'inscrire à notre newsletter
OK