Les règles d’or d’un bon potager

Que l’on dispose d’un petit coin de jardin ou d’un très grand terrain, le potager fait partie de ces incontournables dont tout le monde rêve. Passe temps ou passion, peu importe, on a décidé de vous livrer tous les secrets de sa création, de son organisation et de son entretien !

ShutterstockPhotos : Shutterstock – Shutterstock

Une question de taille et d’emplacement

Les plantes, c’est évident, ont besoin de soleil pour se développer, arriver à maturité et vous offrir les fruits et légumes qui sublimeront votre assiette. Si votre potager est placé dans l’ombre de votre maison ou d’un mur trop haut, son rendement sera forcément plus pauvre que s’il était exposé plein sud.

Question taille, tout dépend bien évidemment de l’espace dont vous disposez et de l’utilisation que vous souhaitez faire de votre potager. Il faut au minimum 100m2 pour nourrir une famille de trois personnes, mais une superficie de 12m2 est idéale pour une personne seule et ne représente pas une charge de travail excessive pour un novice.

N’oubliez pas le point d’eau : proche de votre potager, l’arrosage n’en sera que facilité.

Prévoyez aussi une allée pour vous déplacer dans vos cultures, et tenez compte de la taille qu’elles feront une fois à maturité !

Avant de commencer, les bons outils !

Tout jardinier se doit de posséder un minimum indispensable d’outils, manuels pour la plupart : bêche, fourche à bêche, pelle, râteau, brouette, arrosoir, plantoir pour repiquer des plants à racines nues, couteau, gants de jardin mais aussi binette. Il vous sera ensuite – mais l’investissement se fait au fur et à mesure – certainement utile de vous munir de châssis, filets de protection ou encore cloches de potager.

Certains outils motorisés peuvent vous faciliter la tâche, tels que le motoculteur ou la motobineuse, mais tous deux sont le plus souvent utilisés lorsque la surface du potager est très importante.

ShutterstockPhotos : Shutterstock – Shutterstock

Préparation du sol

La préparation du sol est essentielle pour un potager de qualité. Avant même de se pencher sur les plants et les semis, il va donc d’abord falloir faire un peu de sport. Vous l’avez compris, les armes du jardinier sont la patience et l’abnégation !

Première étape : labourer ! Il faut retourner la terre pour l’aérer, après avoir ôté pierres, éventuelles branches mortes, mauvaises herbes…

Deuxième étape : ameublissez la terre au moyen d’une bêche, d’une fourche à bêcher ou, pourquoi pas, d’un motoculteur.

Troisième étape : l’engrais ! L’apport peut se faire, si vous le souhaitez, avant de labourage mais toujours en automne.

Quatrième étape : Le ratissage, qui doit lui avoir lieu au printemps.

Organisation des cultures et plan du potager

Attention, toutes les variétés de plantes ont des besoins différents en matière d’humidité, de lumière… Ces indications sont d’ailleurs souvent notées sur le paquet de graines.

Certaines variétés ne doivent pas être placées les unes à côtés des autres, c’est une question d’associations bénéfiques ou négatives. L’aubergine, par exemple, ne fait pas bon ménage avec les haricots mais peut sans problème être voisine des pommes de terre. Pour obtenir une liste exhaustive des différentes associations, reportez vous aux grilles des livres de jardinage.

Le potager en lui-même peut se disposer en planche, en ligne ou en carré (idéal pour les débutants). En planche, les légumes seront organisés en rangs parallèles sur des buttes séparées par des sentiers étroits. On se contentera d’un sillon, où l’on sèmera les graines, avant de le reboucher pour la disposition en ligne. Le potager en carré porte très bien son nom: les légumes sont répartis en différents carrés surélevés.

Carré potager NikoPhotos : Jardiland – Carré potager NikoShutterstockPhotos : Shutterstock – Shutterstock

Rotation des cultures

Elle fait partie des erreurs de débutants à ne surtout pas commettre : cultiver plusieurs années de suite une variété au même endroit. Vous vous apercevrez rapidement que votre potager n’est pas aussi luxuriant qu’au début… et pour cause, une variété tire du sol certains éléments qui n’auront pas le temps de se reconstituer d’une année à l’autre. Il faut donc procéder à ce qu’on appelle la rotation des cultures.

Exception: les plantes vivaces telles que les fraisiers ne sont pas concernées. Il est toutefois conseillé (et même essentiel), des les cultiver en jachère.

Il existe aujourd’hui, afin de vous aider dans l’organisation et la rotation de vos cultures, des logiciels gratuits et payants disponibles sur internet. Ils permettent de schématiser votre potager et contiennent la plupart du temps astuces et conseils pour vous éviter les erreurs les plus courantes.

Entretien du potager

Un potager demande une attention de tous les instants, durant toute l’année. Le printemps et l’été vous demanderont arrosages fréquents, désherbage, plantations, semis puis récoltes. Avant tout ceci, il faudra bêcher. En automne, le nettoyage est de rigueur : enlever les plantes à bout de souffle et protéger les cultures tardives.

Le prix de tous ces efforts se retrouvent dans l’assiette, alors courage!

 

Cet article vous a plu? Partagez le!

Retrouvez ici notre calendrier printanier du potager!

Publié le 14/04/2014 par Claire Krust
Tags :
S'inscrire à notre newsletter
OK