Les kits prêts à cuisiner de Waago

Les kits prêts à cuisiner, qu’est-ce que c’est ? C’est le concept du moment qui va faire des adeptes. L’idée : une recette, les ingrédients nécessaires déjà dosés, le tout dans un pack à se faire livrer ou à emporter. Pour la suite, c’est à vous de jouer…
Par Nathalie Mora

Photos : –

À l’assaut du kit

Le kit est là. C’est parti. Le petit sac en papier évoque celui de Mary Poppins. Plongez la main dedans, vous en ressortirez de multiples contenants en plastique qui se succèdent et s’enchaînent inlassablement. Graines de sésame, miel, riz, quatre-épices, nuoc-mâm, huile d’olive, deux doses de sauce soja, un œuf, une tomate, un oignon rouge et enfin deux filets de poulet. Voilà de quoi réaliser comme il se doit un poulet caramélisé au sésame et riz thaï. Ingrédients frais justement dosés à disposition et recette à l’appui : cela signifie-t-il un plat réussi à coup sûr ? D’autant plus qu’aujourd’hui est un grand jour… C’est une première pour moi en matière de cuisine asiatique. La recette indique niveau 2. Plutôt rassurant.

Côté fourneaux…

Le riz cuit dans la casserole, je découpe le poulet « en gros dés de la taille de la viande pour brochette » comme indiqué, avant de les faire griller dans la moitié de l’huile d’olive. Une fois le riz égoutté et rincé sous l’eau froide, il faut mettre à chauffer à feu vif le reste d’huile dans la casserole qui a contenu le riz. Puis casser l’œuf et le faire cuire en mélangeant bien. Il est temps de faire un premier point. Jusque là tout va bien. La recette est claire et accessible. Les portions d’ingrédients facilitent la tâche et évitent les erreurs de dosage. Parfait ! « Ajoutez le riz et mélangez bien pour casser les morceaux d’omelette ». Oups, il n’y a pas de morceaux d’omelette ! Les œufs disparaissent dans la masse de riz. Premier ratage de ma part. Persévérons.

Photos : – Photos : –

Gare aux pièges !

« Ajoutez ensuite une dose de sauce soja, le nuoc-mâm, les… » Stop. Pour quelqu’un qui n’a pas l’habitude de cuisiner avec ce type d’ingrédients, comment les distinguer les uns des autres ? Puisque le travail de dosage est fait à notre place, pourquoi ne pas aller jusqu’au bout de la démarche en apposant des étiquettes sur les boîtes ? Peut-être simplement parce que les kits assistent suffisamment comme ça les cuisiniers en herbe. Après tout, la cuisine est une affaire de saveurs, de senteurs, de couleurs. Alors faisons travailler nos sens ! En plus, je soupçonne Alex et William de Waago d’avoir déjà pensé à tout… Il y avait deux doses de sauce soja et une seule de nuoc-mâm. Impossible, donc, de se tromper.

Mener à bien la recette

On continue d’enrichir le riz avec les dés de tomates, l’oignon émincé et le quatre-épices. On laisse cuire 2 à 3 minutes en mélangeant bien. À ce stade, je dois avouer que mon riz thaï fait plutôt penser à une salade de riz d’été façon camping… Passons au poulet, auquel il faut ajouter les graines de sésames, la deuxième dose de sauce soja et le miel. Tout l’intérêt des ingrédients pré-dosés saute à nouveau aux yeux. Pas besoin de calculer, tout est à portée de main, prêt à l’emploi. Simple et pratique.

Place à la dégustation

Il n’y a plus qu’à dresser les assiettes et… se régaler ? Alors ce riz, plutôt façon camping ou façon thaï ? Résolument thaï. Arrosé de jus de citron comme le conseille la recette, il révèle le goût des épices tout en jouant les effets de textures en bouche avec le croquant de l’oignon émincé et le fondant des tomates. Côté poulet, le mélange sucré salé est subtil. Un vrai régal ! Mission réussie. « C’était délicieux. Merci ! » s’exclame mon convive. Une question me vient alors à l’esprit : à qui revient le mérite ? Officiellement : moi. Officieusement… Waago. Mais chut !
Publié le 29/10/2012 par La rédaction
Articles similaires
S'inscrire à notre newsletter
OK