Le monde des mille couleurs : Dries Delanote nous ouvre les portes de son jardin sauvage

À Dikkebus, Dries Delanote cultive fleurs comestibles, plantes aromatiques et goût du bonheur. Ses récoltes aux mille couleurs et saveurs subliment les plus belles tables belges et françaises : Les pieds sur terre et la tête dans le ciel des Flandres, cet idéaliste, poète maraîcher nous a ouvert les portes de son jardin. Nous vous invitons à une escapade sauvage. 

Photo : Sébastien Hamelin

Photo : Sébastien Hamelin

Le monde des mille couleurs : la permaculture au service du goût 

Après avoir exercé le métier de professeur d’agronomie, Dries Delanote a repris les terres familiales, il a semé sa philosophie idéaliste de l’agriculture telle qu’il la conçoit, aujourd’hui, notre artiste maraîcher récolte la reconnaissance des grands chefs cuisiniers avec une simplicité déconcertante. Maxime Schelstaete à la tête du restaurant Meert à Lille, Alain Passard, chef trois étoiles de l’Arpège à Paris, Florent Ladeyn, chef étoilé du Vert Mont à Boeschepe pour ne citer qu’eux, viennent à la ferme Le Monde des mille couleurs pour y faire leur marché de saveurs mais aussi pour se ressourcer, échanger et affiner quelques idées créatives : Dries conçoit ses jardins comme un terrain d’expérimentation où le hasard et les influences sont maîtres.

Un jardin où les sens sont en éveil 

Dries Delanote est en symbiose avec sa terre, il dit d’ailleurs qu’il en connaît la moindre brindille, le moindre insecte. Son couteau de cueillette à la main, il tranche un légume étrange gorgé de sève et en extrait un morceau de pulpe qu’il nous tend : ‘’ Tiens, devine ce que c’est ? ’’. Car les jardins de Dries sont un véritable enchantement pour les sens : parfums inconnus, goûts surprenants, saveurs oubliées, réveillent les papilles endormies habituées aux goûts standards et souvent insipides des cultures industrielles.

Photo : Sébastien Hamelin

Photo : Sébastien Hamelin

 

La nature reprend ses droits 

C’est pour lutter contre la normalisation des produits que Dries Delanote a eu l’audace de ‘’ désapprendre l’agriculture telle qu’on la pratique, encourager la nature reprendre sa liberté, laisser pousser en paix tout ce que nous offre la terre sans l’intervention systématique de l’homme’’. Aussi, ses 5 hectares de terre et la serre de 2500 m2 sont le reflet de cet état d’esprit : légumes goûteux, fleurs savoureuses, plantes curieuses et herbes folles se côtoient avec délice et composent un tableau comme un paradis perdu… Et, enfin retrouvé…

Photo Sébastien Hamelin

Photo Sébastien Hamelin

Des goûts sauvages 

La récolte est généreuse et belle : cresson sauvage, pourpier, camomille ananas, ficoïde glaciale, mertensia maritima (plante à goût d’huitre), bourrache, fruits, légumes, fleurs et rêves grandissent tranquillement à l’ombre du regard bienveillant de Dries.

Photo : Sébastien Hamelin

Photo : Sébastien Hamelin

Sonia Sentic
Publié le 16/11/2016 par Sonia Sentic
De ses origines slaves, elle a gardé l’âme romantique et des envies de douce bohème... Selon elle, l’intérieur d’une maison doit être "un voyage immobile" : accumulations d’objets chinés avec amour, souvenirs de vacances, trésors transmis de génération en génération, livres adorés et une accumulation de coussins posés sur un sofa de velours pour accueillir songes et rêveries…
S'inscrire à notre newsletter
OK