Immersion dans une ancienne boulonnerie

Avec de vastes volumes, des espaces modulables et une luminosité sans pareil, le loft offre un habitat urbain séduisant et intemporel. Eugénie et Benoit ont eu le coup de coeur pour une ancienne boulonnerie, reflet d’un certain art de vivre.

SalonPhotos : Sébastien Hamelin – Salon

Family Factory

« Il s’agit d’une ancienne boulonnerie transformée en plusieurs appartements. Juste à côté se trouve la maison du patron. Nous avons même eu l’occasion de rencontrer l’ancien comptable des lieux, âgé de 95 ans. »

Un habitat non conventionnel donc, qui répond aux critères d’appellation du loft

« Nous habitions auparavant dans le Vieux- Lille et avons découvert cet endroit il y a 7 ans. Au départ, ce trop-plein d’espace me faisait presque peur ! Et au final, je ne regrette pas de m’être lancée dans cette aventure », affirme Eugénie.

Surface et lumière

Passée la porte, on découvre un lieu baigné de lumière grâce à deux immenses verrières donnant sur une cour ouverte. La hauteur sous plafond, avoisinant les 8 mètres, est impressionnante. Dans ce loft-cathédrale, tout a été fait pour préserver le caractère industriel des lieux et ne pas dénaturer la structure originelle.
Les poutres type Eiffel ont été peintes en blanc pour ne pas rompre visuellement cette belle hauteur.

MezzaninePhotos : Sébastien Hamelin – Mezzanine

Pour amateurs de bricolage

« Quand nous avons acheté, c’était un plateau. La mezzanine était déjà construite mais il n’y avait pas de cuisine, pas de plancher, pas de cheminée. » Heureusement, Benoit, est un grand amateur de bricolage.

Et comme le loft cache un vaste sous-sol porté par des poutres en fonte, ce dernier y a installé son atelier. Le sol en béton brut, a donc été recouvert par ses soins d’un parquet en chêne clair huilé.

« J’aime le bois et les choses chaleureuses, explique Eugénie, et je trouvais le béton trop froid. »

Effectivement, il réchauffe l’ensemble, habillé exclusivement de hauts murs blancs. Au centre, le plan de travail et de cuisson a été aménagé avec un plateau en pierre du Zimbabwe de la marbrerie Slosse (Orchies).

Ilot centralPhotos : Sébastien Hamelin – Ilot centralSalle à mangerPhotos : Sébastien Hamelin – Salle à manger

Harmonie familiale

On est loin ici du repaire d’un artiste égocentrique. Refuge familial, il permet à toute la famille de se retrouver autour d’un espace de vie commun, dans une complicité partagée.

Côté salon, une cheminée contemporaine a été créée par le maître des lieux, tout juste entre les deux verrières. Un bloc moderne minimaliste d’un seul tenant, installé surtout pour son côté convivial, « le chauffage au sol assurant une température harmonieuse, explique t-il. Pour le tubage, je me suis adressé à la Fumisterie DTN de Lille. »

Eugénie a entouré l’âtre d’un tapis ethnique et de fauteuils aux couleurs franches : un Ribbon Chair violet de Pierre Paulin, au joyeux style sixties, et un Coogee jaune citron de chez Sentou, pile dans la tendance années 50. Les tables basses en fer aux plateaux de bois laqués sont encore nées de l’imagination de Benoit et sont signées Jean Louis Broutin. 

« Nous fonctionnons au coup de coeur pour la décoration, et apprécions la brocante et la récup’» Eugénie.

Ici, une hélice d’avion a été dénichée dans un club. Ailleurs, des lampes Mazda des années 30, accompagnées d’une machine à écrire Underwood et d’une machine à calculer Triomphator, habillent un ancien meuble de laboratoire qui a trouvé ici une seconde vie en console d’appoint. 

Fauteils 50'sPhotos : Sébastien Hamelin – Fauteils 50’s

Capitaines d’un navire

De l’entrée, un escalier métallique donne accès à la vaste mezzanine moderne. Elle supporte la chambre parentale, doublée d’une salle de bains. D’en bas, imposante et majestueuse, avec sa passerelle en verre et sa rambarde ouverte sur l’extérieur.

De l’autre côté, un bureau comme suspendu où l’on jouit d’une vue directe sur le salon, et plus reculées, les chambres des enfants comme autant de petites cabines douillettes où chacun bénéficie de son propre espace. Surprenant, au cours de la visite, pas un bruit ne vient perturber le calme des lieux.

Eugénie confirme, en nous raccompagnant :
« Oui, nous sommes situés en pleine ville mais protégés de ses nuisances extérieures, un peu comme dans une bulle. Il nous faudrait vraiment un autre coup de cœur pour envisager de quitter ce refuge. »
On la comprend aisément !

 

Vous aimerez lire aussi :
>> Une ancienne discothèque rénové en maison

MeublePhotos : Sébastien Hamelin – MeubleJardinPhotos : Sébastien Hamelin – Jardin

Publié le 30/06/2014 par La rédaction
S'inscrire à notre newsletter
OK