Dominique Grisor : Portrait chinois artistique

Il y a des rencontres qui comptent. Celle avec Dominique Grisor en fait partie. A 68 ans, l’artiste-peintre lillois qui vient d’exposer sa dernière série « Abstract » à la galerie Cédric Bacqueville tend désormais vers l’épure. Il nous conte sa vision de l’Art et son portrait chinois…

« Abstract » : Une nouvelle série habitée

Le dépouillement. La simplicité du trait. C’est certainement ce qui interpelle le plus en découvrant la nouvelle série « Abstract » de Dominique Grisor. Comme si l’artiste souhaitait se débarrasser du superflu et des oripeaux de la vie. Pour avancer. Pousser sa réflexion encore plus loin, tout en restant lui-même. Sans compromis, ni fausseté. On reconnaît immédiatement la précision de la ligne, la maitrîse de la composition, la force chromatique.

Dominique Grisor et ses dernières toiles Photos : Sophie Helouard – Dominique Grisor et ses dernières toiles « Abstract »

La simplicité énigmatique

D’abord attiré par la sculpture, Grisor bifurque finalement vers la peinture dans laquelle il entrevoit « plus de possibilités ». Ses œuvres figuratives ont parfois des traits humains, et mettent en scène des animaux, des végétaux ou encore la technologie. C’est le cas des oeuvres « Croco Deal » et « Less is more ».

Croco Deal (1989)Photos : Dominique Grisor – Croco Deal (1989)Less is more (2000)Photos : Dominique Grisor – Less is more (2000)

Grisor, plus que jamais !

Etre habité qui ne sacrifie jamais à la facilité, Dominique Grisor poursuit sa quête. « Même si parfois, comme tout le monde, j’ai des doutes. Mais, la prise de risque fait partie du métier d’artiste. Il faut savoir écouter sa petite voix intérieure » confie-t-il. Son travail raisonne comme une impulsion, une urgence, un souffle vital, l’envie de laisser une empreinte sur le mur blanc : « J’aime cette immatérialité de la lumière. Ce sont des choses vers lesquelles je veux tendre désormais ».

Dans cette nouvelle série, Grisor est plus que jamais Grisor. Il nous a donné envie d’aller à sa rencontre, et de le faire parler. Du Moma de New York au Bleu de Joan Miro, il nous a confié sa vision de l’Art dans cet humble portrait chinois, à voir et à revoir.

Interview en images :

Vous aimerez lire aussi :

Sophie Hélouard
Publié le 24/02/2016 par Sophie Hélouard
Si c’était un élément de décoration de la maison, Sophie serait sans doute un bow-window. Pour se percher et regarder le monde. Journaliste free-lance ascendant « presse écrite », elle aime observer ce qui l’entoure, s’imprégner de l’air du temps et décrypter les dernières tendances. To hygge or not to hygge, that’s the question…
S'inscrire à notre newsletter
OK