Rencontre avec la chorégraphe Christina Belle !

Christina Crasto est une figure de la scène artistique lilloise. Cette danseuse-chorégraphe à la personnalité affirmée est reconnue pour sa rigueur, le professionnalisme qu’elle enseigne depuis plus de 30 ans à ses élèves de l’école de danse mais aussi pour sa créativité débordante. Rencontre avec une belle personne qui m’a enseigné bien plus que des pirouettes et des pas de bourrée…

crasto-bertrand-dutheil-2

Christina Crasto ©Bertrand Dutheil

Laetitia Roitberg : Pour toi, la beauté est-elle utile ?
Christina Crasto : Pour moi, la beauté est synonyme de simplicité et de pureté. C’est le soin apporté aux choses ou aux personnes. Délicatesse et sobriété. La beauté est dans la structure, dans la profondeur. Donc pour moi, oui, la beauté est utile car elle m’apaise. Quand mon regard est face à la beauté, cela me rend plus libre. C’est comme une plaine sur laquelle je peux venir construire ou imaginer des rêves éphémères. Si ce n’est pas beau autour de moi, j’ai dû mal à avancer. Le beau est une base sur laquelle on vient s’amuser. 

Laetitia Roitberg : Relève-t-elle du subjectif ?
Christina Crasto : Complètement ! Ce qui est beau pour moi ne l’est pas forcément pour un autre. Par exemple, j’aime les choses épurées mais toujours avec un cachet, qui relève souvent de la personnalité. Pour une demeure, on doit ressentir comment une personne vit. Pour un être humain, le beau est sa personnalité et non son esthétique. 

Laetitia Roitberg : Lors de tes créations chorégraphiques, respectes-tu les règles de l’esthétique ?
Christina Crasto : Je ne réfléchis pas à cela en les faisant mais je pense que c’est toujours ma base. J’aime voir les danseurs libres de leurs corps et dévoilant ainsi leurs personnalités. Et de là, je commence à me laisser emmener vers ce qu’ils me racontent…et je ne vois plus ma chorégraphie. 

Laetitia Roitberg : Que trouves-tu de plus beau dans la vie ?
Christina Crasto : 
Evidemment, l’Amour !! L’Amour des siens, de l’autre, de la nature, de son métier…Très difficile à atteindre. 

Laetitia Roitberg : Tu es toujours aussi rayonnante, quels sont tes secrets de beauté ?
Christina Crasto : 
Trop cool ! Alors, je pense que j’ai toujours essayé d’être en accord avec moi-même. Je n’ai jamais essayé d’être la fille que j’avais été.  Je pense que c’est cela qui me fait garder la pêche et l’envie de faire encore beaucoup de choses. Et je dois avouer que je travaille pour garder l’harmonie avec moi-même. Je reste toujours tourner vers les autres et curieuse de tout. Je crois sincèrement que la vie nous réserve toujours des surprises. Je m’entoure aussi de gens très positifs.

 

gala-crasto-3

Gala Crasto

crasto-bertrand-dutheil

Christina Crasto ©Bertrand Dutheil

Portrait chinois :

Si tu étais une couleur ?
Or ou Blanc car ce sont des couleurs neutres. Mais l’or est plus fun que le blanc. 

Si tu étais un animal ?
Un éléphant. Parce que j’ai toujours été fascinée par la grosseur de cet animal qui est d’une souplesse et d’une agilité incroyable. 

Si tu étais un film ?
« All That Jazz » 

Si tu étais une chanson ?
« Femme libérée » de Cookie Dingler.

Si tu étais un objet ?
Un ordinateur pour pouvoir retenir tout ce que j’ai vécu dans ma vie, avoir plein de connaissance et des possibilités à l’infini. 

Si tu étais un pays ?
L’Algérie, en hommage à mes parents.

Si tu étais un héros ?
Indiana Jones.

Si tu étais un bonbon ?
Un mi-choco. 

 

>> Vous aimerez lire aussi : Nicolas Destino : portrait d’un designer obsessionnel 

Laetitia Roitberg
Publié le 05/12/2016 par Laetitia Roitberg
A l'affût des tendances, elle aime dénicher les talents émergents, parcourir les grandes villes européennes en quête de pépites, d'innovations et de coups de cœur... La déco n'est pas une affaire de mode mais de style !
S'inscrire à notre newsletter
OK