Visite d’une ancienne ferme flamande transformée en hôtel design

Construit dans une ancienne ferme flamande, le d-hotel à Courtrai allie la beauté d’un monument classé à une construction incroyablement
moderne et design.

PiscinePhotos : D-Hôtel – Piscine

D comme design

D comme Dejonckheere, le propriétaire des lieux.

« Henk Dejonckheere habitait juste à côté de ce magnifique moulin blanc. En 2007, quand il a eu l’opportunité de racheter la vieille ferme, il n’a pas hésité une seconde ! » explique Michèle Depypere, directrice de l’établissement.

Aujourd’hui, le D-Hôtel compte 45 chambres : 36 standard, 6 chambres XL et 3 suites XXL.

Les parties communes de l’hôtel : bar, restaurant et salle du petit-déjeuner, sont installées dans l’ancienne ferme en U datant du milieu du XIXe siècle.

Vue extérieurePhotos : D-Hôtel – Vue extérieure

Respect du patrimoine

Comme le bâtiment est classé, il y avait beaucoup de restrictions concernant la réhabilitation du corps de ferme et de l’extension.

Le cabinet d’architectes Govaert & Vanhoutte a imaginé le futur hôtel en prenant bien en compte ces impératifs liés au site.Les entreprises qui sont intervenues sur le chantier ont enlevé les pierres une par une pour installer le chauffage par le sol.

Puis ils ont tout réinstallé à l’identique. Une succession de petites pièces permet aux clients de prendre leur dîner dans l’ancien corps de ferme dont les fenêtres donnent sur la cour et le moulin.

RestaurantPhotos : D-Hôtel – Restaurant

Ancien et contemporain

Une des ailes de l’ancienne ferme accueille la salle du petit-déjeuner, où l’ancien se marie à merveille au contemporain.

« Ici, comme nous ne pouvions pas toucher aux poutres apparentes qui sont classées, nous avions envie de mettre une petite touche de design avec des luminaires de la marque belge Deltalight. Henk Dejonckheere a essayé de travailler le plus possible avec des entreprises de la région. »

Au bout de la salle du petit-déjeuner, un escalier permet d’accéder à un passage souterrain. « Nous n’avions pas non plus le droit de percer les murs. C’est pourquoi, pour permettre aux clients d’accéder à leur chambre, les architectes ont eu l’idée de construire ce passage qui passe sous la ferme » confie Michèle Depypere.

ChambrePhotos : D-Hôtel – Chambre

Chambres personnalisées

Si chaque chambre offre un confort standard : murs blancs, lit double, douche à l’italienne, écran plat ; les 9 suites dont l’aménagement a été confié à 9 artistes, sont toutes différentes.

Ainsi, la suite imaginée par Nedda El-Asmar, élue meilleure designer belge en 2007, se décline autour du bois.

En face, c’est la suite du chanteur Ozark Henry, entièrement blanche, qui retient notre attention avec une baignoire rectangulaire immaculée installée au centre de la pièce.

La chambre met également l’accent sur la musique, avec un beamer faisant office d’écran télévisé grandeur nature et un système Bose qui offre une qualité de son incomparable.

ChambrePhotos : D-Hôtel – Chambre

Neuf suites différentes

Ambiance totalement différente dans la suite créée par le fleuriste Geert Pattyn. Ici, le blanc laisse la place à des touches de verdure sur les murs et le linge de lit.

« L’idée était de demander à neuf artistes d’imaginer leur chambre d’hôtel idéale. Henk Dejonckheere a aussi fait appel à Matali Crasset ou au styliste Edouard Vermeulen » explique Michèle Depypere.

Geert Pattyn est un fleuriste flamand qui habite juste à côté. Il a décoré la suite avec quatre photos de ses compositions florales et conçu des persiennes géantes qui permettent d’obtenir une atmosphère plus intime quand elles sont fermées.

À proximité, l’épure est au rendez-vous dans la suite imaginée par Fabiaan Van Severen, le célèbre designer anversois, avec une superbe baignoire en pierre naturelle noire et une très jolie vue sur la cour intérieure et le moulin. De quoi vous faire tourner la tête…

 

Vous aimerez lire aussi : 
>> L’hôtel Fabric, une ancienne usine textile rénovée à Paris
>> Visite d’une ancienne boulonnerie transformée en maison lumineuse
Publié le 12/10/2012 par La rédaction
S'inscrire à notre newsletter
OK